MAURITANIE
 

 

 

 

 

 

 

Mauritanie
en arabe Mūritāniyya

Nom officiel : République islamique de Mauritanie


État d'Afrique de l'Ouest, la Mauritanie s'ouvre à l'ouest sur l'océan Atlantique. Elle est limitée au nord-ouest par le Sahara occidental, au nord par l'Algérie, à l'est et au sud-est par le Mali et au sud-ouest par le Sénégal.








*         Superficie : 1 080 000 km2
*         Nombre d'habitants : 3 890 000 (estimation pour 2013)
*         Nom des habitants : Mauritaniens
*         Capitale : Nouakchott
*         Langue : arabe
*         Monnaie : ouguiya
*         Chef de l'État : Mohamed Ould Abdel Aziz
*         Chef du gouvernement : Yahya Ould Hademine
*         Nature de l'État : république à régime semi-présidentiel
*         Constitution :
    *         Adoption : 12 juillet 1991
Pour en savoir plus : institutions de la Mauritanie

GÉOGRAPHIE
1. Le milieu naturel

Immensité et platitude caractérisent les paysages. Au nord, les pénéplaines sahariennes parsemées d'inselbergs (culminant à la Kedia d'Idjil) correspondent à l'affleurement du socle granitique, où les étendues caillouteuses (regs) alternent avec les longues bandes de dunes (ergs). Au centre, les plateaux gréseux de l'Adrar et du Tagant s'ennoient vers l'est, sous les énormes amas dunaires de la Madjabat el-Koubra. Ils sont échancrés au sud-est par la cuvette du Hodh, partiellement ensablée. Le Sud-Ouest (Trarza, Brakna) est une plaine, également striée de cordons dunaires, partie du bassin sédimentaire sénégalo-mauritanien, incisée par la vallée du fleuve Sénégal et terminée à l'ouest par une côte basse, rectiligne et sableuse.
Le climat doit son aridité à la persistance des alizés provenant des hautes pressions subtropicales ; en été, la mousson peut remonter jusqu'au tropique, donnant quelques pluies faibles et irrégulières (500 mm par an dans le Sud, 138 mm à Nouakchott, 109 mm à Atar). Les températures sont élevées (les moyennes annuelles sont supérieures à 25 °C), elles peuvent descendre aux environs de 10 °C en décembre-janvier et s'élever à 35 °C en mai-juin. Ainsi s'explique la division du pays en deux parties : les deux tiers septentrionaux sont sahariens, le tiers méridional est sahélien. La limite entre les deux zones varie constamment et l'emprise du Sahara s'accentue lors des grandes sécheresses comme celle des années 1970.
Au Sahara, l'écoulement des eaux est exceptionnel, et la végétation est concentrée dans quelques oasis. Au Sahel, quelques cours d'eau intermittents se perdent dans des dépressions ou se raccordent difficilement au fleuve Sénégal ; la couverture végétale est une maigre steppe arborée où le tapis de graminées est dominé de loin en loin par des acacias.


2. La population
Les conditions géographiques – le Sahara occupe les deux tiers du territoire – expliquent la très faible densité moyenne de population, de l'ordre de 2 habitants par km2. Dans le Sud cependant, les rives du fleuve Sénégal connaissent une plus grande concentration d'habitants, très majoritairement noirs. Nouakchott, capitale créée de toutes pièces après l'indépendance (6 000 habitants en 1965), est devenue une agglomération importante qui accueille, aujourd'hui, le tiers des Mauritaniens, dont de très nombreux anciens nomades, que la sécheresse a condamnés à changer de mode de vie. Avec le port de Nouadhibou, au nord, et quelques rares centres secondaires, dont Zouerate, la ville minière du désert, le taux d'urbanisation dépasse 50 %. Le pays connaît une croissance démographique soutenue, de l'ordre de 3 % par an, liée à une très forte fécondité.
On distingue généralement trois groupes humains. Les Beidanes, ou Maures blancs, sont issus des vagues de peuplement successives berbères et arabes plus ou moins métissées avec les populations noires anciennement implantées. Ils parlent un dialecte arabo-berbère et sont, ou plutôt étaient, organisés en tribus nomades. Les Haratines sont des Noirs, anciens esclaves des Beidanes, fortement métissés avec eux et parlant la même langue. Quant aux Noirs du Sud, ils appartiennent aux peuples vivant de part et d'autre du fleuve Sénégal (Ouolofs, Toucouleurs, Soninkés, etc.). Malgré une unité assurée par la religion, un islam sunnite de rite malékite, cette structure héritée de l'histoire pèse toujours lourdement sur les rapports sociaux. Les profondes mutations enregistrées depuis les années 1970 ont même entraîné un raidissement dans les relations entre les communautés. L'esclavage – il s'agit d'un esclavage domestique – a été juridiquement aboli en 1981. Les relations de dépendance n'ont cependant pas totalement disparu, même si elles sont altérées par le développement de la vie urbaine.

3. L'économie
La sécheresse des années 1970 a eu de graves répercussions économiques, frappant durement la plus ancienne des trois activités principales du pays, à savoir l'élevage. Celui-ci concerne, essentiellement, les ovins et les caprins, et, dans une moindre mesure, les dromadaires et les bovins. La reconstitution du cheptel est en cours depuis le milieu des années 1980. L'agriculture, surtout vivrière, est concentrée dans le Sud, exception faite des cultures d'oasis. La mise en service du barrage de Diama, sur le fleuve Sénégal, entre Rosso et l'océan, a permis d'accroître les superficies irriguées. Malgré cela, le pays n'est pas autosuffisant et les produits alimentaires constituent une part notable des importations.
L'exploitation du minerai de fer, dans le nord du pays, depuis 1963, a été à l'origine d'un boom économique sans précédent. Le fer est longtemps resté la principale ressource d'exportation. Mais, avec la baisse de la demande mondiale et l'épuisement des gisements les plus rentables, son importance a sensiblement décru, tant en valeur absolue que relative. La relance de la production de minerai de fer suppose la réhabilitation du port minéralier de Nouadhibou et la modernisation du chemin de fer. C'est aujourd'hui la pêche qui constitue la première richesse du pays. Elle est à 95 % industrielle, les armements étrangers (russe, japonais, espagnol, portugais, français) restant prépondérants. Mais le risque de surexploitation a conduit le gouvernement à prendre les premières mesures de surveillance. L'industrie, assez peu développée, est concentrée à Nouadhibou (transformation du poisson, métallurgie, ateliers de réparation, raffinerie) et à Nouakchott (industries légères de biens de consommation), où s'active également un « secteur informel » fournissant de nombreux emplois.

La Mauritanie est désormais, depuis 2006, un pays producteur de pétrole. Un début d'exploitation de quelques gisements de pétrole offshore (gisement de Chinguetti découvert en 2001 par 800 m de profondeur) suscite l'espoir. La Mauritanie vend aussi du cuivre et de l'or.
La politique nationaliste menée par les gouvernements successifs s'est traduite par le développement du secteur public ou mixte, par la mise en place d'un contrôle administratif de l'économie et par un fort endettement extérieur (envers, notamment, la Chine populaire et, surtout, les pays arabes). Avec la crise et l'intervention du FMI et de la Banque mondiale, cette orientation a été remise en question, sans grands résultats jusqu'à présent. La dévaluation de l'ouguiya en octobre 1992, suivie d'une forte hausse des prix, a été à l'origine d'une exacerbation des tensions sociales, qui demeurent vives.

HISTOIRE

1. Premiers peuplements
Les nombreux sites archéologiques mauritaniens n'ont pas livré tous leurs secrets, mais ils indiquent la présence d'un peuplement très ancien, remontant au paléolithique. Il a varié au gré des grandes alternances climatiques, atteignant son apogée il y a 5 000 ans. À cette époque, les communautés agropastorales sédentaires dominaient, comme en témoigne la centaine de villages fortifiés du Dhar Tichit, sur la falaise de l'Aouker. Il s'agissait vraisemblablement de populations noires. Depuis, l'aridité croissante, qui perdure aujourd'hui, a progressivement rejeté vers le sud l'essentiel des populations, le désert n'accueillant plus que des pasteurs nomades.
Les Berbères du groupe des Sanhadjas, fortement implantés dès le iiie siècle, deviennent alors, grâce à leurs dromadaires, les maîtres du commerce de l'or, de l'ivoire et des esclaves entre l'Afrique du Nord et le Sahel.

2. Les Almoravides

2.1. La conversion à l'islam et les guerriers de la foi
Au milieu du xie siècle, deux des tribus berbères sanhadjas qui nomadisent entre Sénégal et Maroc se donnent pour chef religieux Abd Allah ibn Yasin (?-1059). Sous son impulsion, les Berbères adoptent les règles d'un islam très austère, enseigné dans le ribat, véritable couvent militaire.
Ces guerriers de la foi (en arabe al-Murabitun, les « gens du ribat », devenus Almoravides) se dirigent les uns vers le sud, où, avec l'aide des Peuls du Tekrour, ils abattent l'empire du Ghana, les autres vers le nord.
Le Maroc et une partie de l'Algérie sont soumis entre 1060 et 1080, et le roi de Castille, Alphonse VI, qui mène une lutte de reconquête contre les musulmans d'Espagne, est battu à Zalaca (Sagrajas) en 1086. Cette épopée est aussi brillante qu'éphémère : le trop vaste empire, miné par les ambitions des émirs locaux, s'effondre en 1087 au sud et en 1147 au nord. Mais elle marque durablement la Mauritanie, généralisant le rite malékite, et demeure dans les esprits comme une période glorieuse.

2.2. Empire du Mali, Empire songhaï
Sur les ruines de l'empire du Ghana se fonde au xiiie siècle l'empire du Mali, qui étend son autorité sur le sud-est de la Mauritanie actuelle. L'Empire songhaï, qui lui succède deux cents ans plus tard, voit son autorité limitée par la renaissance du royaume peul de Tekrour, qui prospérera jusqu'au xviiie siècle.

2.3. La conquête des Arabes Hassan
À partir du début du xve siècle, les Arabes Hassan pénètrent dans le pays par le nord, à la recherche de territoires pour leurs troupeaux. Leurs relations avec les Sanhadjas sont le plus souvent conflictuelles et la guerre de Charr Boubba (1644-1674) consacre leur suprématie. Mais il en résulte une interpénétration des populations, donnant naissance à une société

3. Les contacts avec les Européens et la colonisation

3.1. Pénétration portugaise puis française
Les Portugais sont les premiers, dès 1434, à commercer avec les tribus locales. Les Français s'installent à Saint-Louis, au Sénégal, deux siècles plus tard, rivalisant avec les Anglais et les Hollandais, alors que se créent plusieurs émirats guerriers maures. La gomme arabique, nécessaire à la teinture des étoffes, prend une place essentielle dans les transactions. La colonisation progresse à partir du fleuve Sénégal, la navigation sur celui-ci étant constamment menacée par les Maures.

3.2. De la résistance à la soumission des chefs rebelles
Le gouverneur du Sénégal, Louis Faidherbe, s'oppose, à partir de 1854, à l'émirat du Trarza, qui passe sous protectorat français en 1891. Le capitaine Xavier Coppolani obtient sans grandes difficultés en 1899 l'allégeance du Hodh, puis en 1902 celle des émirs du Trarza et du Brakna. En revanche, il se heurte, au centre et au nord, à une très vive résistance menée par le cheikh Ma el-Aïnin, soutenu par le Maroc. Xavier Coppolani est assassiné à Tidjikdja en 1905.
Pour lutter contre les rezzous (bandes armées) qui se multiplient, la France organise fin 1908 une expédition militaire dirigée dans un premier temps par le colonel Henri Gouraud. Ma el-Aïnin, qui s'est aliéné le soutien du sultan du Maroc, n'est vaincu qu'en 1910. En réalité, la pacification du Nord est plus apparente que réelle. Il y aura de nombreux rezzous avant que la soumission des chefs rebelles soit obtenue en 1933 et 1934.
Entre-temps, l'administration du territoire est passée des mains des militaires à celles des civils (1904). Elle est installée à Saint-Louis, qui est également la capitale du Sénégal. La Mauritanie devient colonie à part entière au sein de l'Afrique-Occidentale française (AOF) en 1920. La politique coloniale est des plus sommaires. Le pays est pauvre, et la paix constitue le seul objectif de la France qui ne voit dans la Mauritanie qu'un maillon assurant la continuité de l'Empire colonial entre l'Afrique du Nord et l'Afrique occidentale. En l'absence de moyens propres, la métropole s'appuie sur les chefs traditionnels.

4. Vers l'indépendance
En 1946, la Mauritanie devient territoire d'outre-mer, puis, grâce à la loi Defferre (1956), accède à l'autonomie interne. Toutefois, le nombre de cadres en mesure de conduire les affaires du pays est extrêmement réduit et la vie politique peu active. Moktar Ould Daddah, un jeune avocat moderniste, et sa formation, le parti du Regroupement mauritanien (PRM), gagnent haut la main les élections législatives de 1959. Moktar Ould Daddah devient le premier président de la jeune République islamique, dont l'indépendance est proclamée le 28 novembre 1960.
Le Maroc, qui revendique le territoire au nom de l'unité jadis réalisée par les Almoravides, mais qui est surtout intéressé par les richesses minières du pays (fer et cuivre), s'y était opposé. Il avait même officieusement soutenu l'Armée de libération du Sahara marocain qui avait envahi en 1958 le Sahara espagnol et le nord de la Mauritanie. L'opération militaire « Écouvillon », montée conjointement par la France, alors en pleine guerre d'Algérie, et l'Espagne, avait rapidement mis fin aux velléités marocaines.
Pour en savoir plus, voir l'article Sahara occidental.

5. Moktar Ould Daddah et la recherche de l'unité
Aux yeux de tous les observateurs, l'indépendance est un véritable pari : le pays paraît peu homogène, l'État est faible et dépendant des recettes minières, donc des intérêts étrangers. Pour y faire face, Moktar Ould Daddah met en place (1961) une Constitution de type présidentiel, déplace la capitale de Saint-Louis à Nouakchott (1962) et transforme le PRM en parti du Peuple mauritanien (PPM), qui englobe toutes les formations existantes. En 1965, le PPM est institutionnalisé parti unique.
Le pays connaît une première épreuve en 1966 : des incidents violents opposent Arabo-Berbères et Noirs de la vallée du Sénégal. L'habileté modératrice manifestée par le président, si elle permet d'éviter le pire, ne résout pas définitivement la question linguistique, relancée notamment en 1968 par la décision de faire de l'arabe la seconde langue officielle du pays, conjointement avec le français. En contrepartie, le wolof, le soninké et le poular, langues négro-africaines, sont déclarées langues nationales.
La fin des années 1960 et le début de la décennie suivante sont marqués par l'agitation sociale (mouvements étudiants, grèves) et par la montée d'une contestation nationaliste de gauche. Des partis clandestins sont créés. Moktar Ould Daddah infléchit alors nettement sa politique dans le sens d'une radicalisation. La Mauritanie crée sa propre monnaie, le ouguiya (1972), quitte la zone franc, dénonce les accords de coopération passés avec la France (1973), et surtout, nationalise la Miferma, société chargée de l'exploitation des mines de fer dont le capital était principalement français (1974).

6. La Mauritanie des colonels
6.1. Aux prises avec le Front Polisario
À partir de 1973, la décolonisation du Sahara espagnol entraîne la Mauritanie dans des complication croissantes. L'accord de Madrid du 14 novembre 1975 reconnaît la souveraineté marocaine sur la Saguia el-Hamra et celle de la Mauritanie sur le Río de Oro. Les troupes mauritaniennes entrent à la fin de 1976 à Dakhla (ex-Villa Cisneros). Dès lors le Front Polisario, qui ne reconnaît pas le partage, s'en prend au territoire mauritanien : attaque de Nouakchott (8 juin 1976), interruption des trains de minerai entre Zouerate et Nouadhibou (octobre-décembre 1977), guérilla intensive.
Pour en savoir plus, voir l'article Sahara occidental.
Ces événements ébranlent le régime et provoquent une grave détérioration de l'activité économique. Moktar Ould Daddah est renversé par un coup d'État militaire le 10 juillet 1978, la Constitution suspendue, le PPM interdit, le gouvernement et le Parlement dissous. Un Comité militaire de redressement national (CMRN) s'installe au pouvoir, dirigé par le colonel Ould Salek, qui tente de mettre fin à l'aventure ouest-saharienne.

6.2. Le règlement de la question saharienne
Moins d'un an plus tard, l'armée intervient de nouveau (6 avril 1979) et remplace le CMRN par un Comité militaire de salut national (CMSN). Son président, le colonel Ahmed Ould Bouceif meurt le 27 mai suivant dans un accident d'avion. Le colonel Mohamed Mahmoud Ould Ahmed Louly devient chef de l'État, et le colonel Mohamed Khouna Ould Haidalla, Premier ministre. Le 7 août 1979, la Mauritanie signe à Alger un accord avec le Front Polisario, renonçant à toute revendication sur le Sahara occidental, et les troupes marocaines regagnent leur pays. Le 4 janvier 1980, Mohamed Khouna Ould Haidalla s'empare des deux fonctions, auxquelles il ajoute celle de président du CMSN. Son passage au pouvoir est marqué par une tentative de coup d'État soutenue par le Maroc (mars 1981) et un complot pro-irakien (février 1982), ainsi que par la création des Forces de libération africaine de Mauritanie (FLAM), mouvement clandestin d'émancipation des Noirs mauritaniens.

7. Les années Ould Taya (1984-2005)

7.1. Affrontements interethniques entre Maures et Noirs mauritaniens
En décembre 1984, le colonel Ould Taya, chef d'état-major, ancien Premier ministre, profite de l'absence de Mohamed Khouna Ould Haidalla pour le renverser. L'opposition entre les Maures blancs (ou Beidanes) au nord, qui détiennent le pouvoir d'État, les Haratinse (esclaves noirs affranchis ou non) et les ethnies négro-africaines dans la bande sud, riveraine du fleuve Sénégal, passe au premier plan. L'abolition de l'esclavage décrétée en 1981 sous la pression du mouvement de libération des Haratines est encore en partie formelle. L'orientation de plus en plus radicalement arabe du régime se heurte à l'opposition des Négro-Africains.
Un coup d'État mené par deux officiers noirs est déjoué en septembre 1987 et ses responsables exécutés. Les incidents frontaliers avec le Sénégal, en avril 1989, dégénèrent en véritables pogroms contre les « Sénégalais », et n'épargnent pas les Noirs mauritaniens. Des dizaines de milliers d'entre eux fuient le pays ou sont expulsés, ce qui nécessite l'intervention de l'aide humanitaire internationale. Deux nouveaux mouvements d'opposition noire radicale sont créés à cette époque : le FURAM (Front uni pour la résistance armée en Mauritanie) et le FRUIDEM (Front de résistance pour l'unité, l'indépendance et la démocratie en Mauritanie).

7.2. Timides avancées démocratiques…
La pression mondiale en faveur de la démocratisation tarde à produire ses effets : les élections municipales de décembre 1990 sont précédées de dizaines d'arrestations d'officiers et de cadres civils noirs. Une nouvelle Constitution est adoptée le 12 juillet 1991. Une élection présidentielle est organisée dans les premiers mois de 1992. Elle consacre la victoire du colonel Ould Taya. Sa formation, le parti républicain démocrate et social (PRDS), remporte une éclatante victoire aux élections législatives d'octobre 1996.
En décembre 1997, le colonel Ould Taya remporte sans surprise l'élection à la présidence, avec 90,25 % des voix, face à une opposition divisée qui pratique la politique de la chaise vide. Mais la vie politique officielle se circonscrit aux partis maures, et le gouvernement mauritanien continue d'être la cible des critiques des organisations internationales de défense des droits de l'homme.

7.3. … avant le retour au durcissement
En octobre 2001, les formations d'opposition décident de participer aux élections municipales et législatives, désireuses de mettre à l'épreuve le président, qui a promis la transparence. Le PRDS remporte la majorité des sièges avec 51 % des suffrages. Devant ce résultat mitigé (perte de plusieurs municipalités importantes), le colonel Ould Taya remplace le secrétaire général du PRDS par l'un de ses proches, afin de préparer la prochaine élection présidentielle. Le 8 juin 2003, une tentative de putsch fomentée par des officiers radiés de l'armée nationale (15 morts et 69 blessés) est déjouée par le régime, qui échoue cependant à intercepter les auteurs. Faisant fi des aspirations au changement émanant de l'opposition et de la population, le chef de l'État, de plus en plus isolé par son exercice très personnalisé du pouvoir, renforce son contrôle sur le pays et, cherchant à obtenir les bonnes grâces des États-Unis, intensifie sa répression des milieux islamistes.
À la veille du scrutin des 7 et 8 novembre, à l'issue duquel il est réélu avec 66,7 % des suffrages, il fait interpeller, puis remettre en liberté pour quelques heures, son principal compétiteur Mohamed Khouna Ould Haidalla : ce dernier recueille 18,7 % des suffrages, Ahmed Ould Daddah, 6,9 %, et Messaoud Ould Boulkheir, le candidat des Haratines, 5 %. Tous les trois dénoncent des fraudes massives.
En août et septembre 2004, deux nouvelles tentatives de putsch d'officiers, regroupés au sein d'une organisation appelée « Cavaliers du changement », sont à nouveau déjouées par les autorités mauritaniennes, qui accusent le Burkina Faso de les avoir préparées avec le soutien financier de la Libye. À cette inquiétude sécuritaire viennent s'ajouter des signes tangibles d'instabilité : en janvier, le procès politique de l'ex-président Mohamed Khouna Ould Haidalla, accusé d'avoir tenté de renverser le pouvoir ; en juillet, le remaniement de l'équipe gouvernementale. Finalement, le 3 août 2005, le président Ould Taya est renversé par une junte d'officiers dirigée par le colonel Ely Ould Mohamed Vall, directeur de la sûreté nationale, qui s'empare sans violence du pouvoir.

8. Une transition démocratique sans lendemain
Bien accueilli par la population, salué par l'opposition en exil (les mouvements islamistes et les « Cavaliers du changement ») et l'opposition légale qui réclame d'y être associée, soutenu par le PRDS, le changement de pouvoir suscite rapidement la bienveillance de la communauté internationale. Les nouvelles autorités, réunies au sein d'un Comité militaire pour la justice et la démocratie (CMJD), s'engagent à conduire une transition de vingt-quatre mois. Un gouvernement provisoire constitué de civils et dirigé par le Premier ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar est mis en place le 10 août 2005. La Constitution est maintenue, le Parlement est dissous. Le 25 juin 2006, un référendum constitutionnel est adopté par 96,9 % des votants qui approuvent l'instauration d'un mandat présidentiel réduit de 6 à 5 ans, et renouvelable une seule fois.
À l'issue des élections législatives et municipales du 19 novembre et du 3 décembre 2006, la Coalition des forces du changement démocratique (CFCD), incluant des « indépendants » ainsi que 4 islamistes modérés, remporte 41 sièges à la nouvelle Assemblée nationale, où un grand nombre de femmes fait également son entrée. Une première en Mauritanie, l'élection présidentielle du 11 mars 2007 voit 19 candidats en lice et s'achève par un deuxième tour, le 25 mars, remporté par Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, le candidat « indépendant » avec 52,8 % des suffrages devant Ahmed Ould Daddah (47,1 %), l'opposant historique.
En dépit d'une incontestable démocratisation, le pays est en proie à l'instabilité et à l'insécurité, les conditions de vie se dégradent, la production pétrolière s'avère décevante. En crise ouverte depuis juin 2008 avec sa majorité, le président perd la plupart de ses soutiens politiques au Parlement avec la démission de 25 députés et 23 sénateurs du Pacte national pour la démocratie et le développement (PNDD), sa propre formation. Le 6 août, quelques heures après avoir décrété le limogeage d'importants dirigeants militaires, il est renversé, ainsi que son Premier ministre, sans effusion de sang.

9. Les présidences de Mohamed Ould Abdel Aziz et le bras de fer avec l’opposition (depuis 2009)

9.1. Premier mandat (2009-2014)
Réunis au sein d'un « Conseil d'État » dirigé par l'ex-chef d'état-major du président et commandant de la garde présidentielle, Mohamed Ould Abdel Aziz, les putschistes promettent d'organiser un retour prochain à l'ordre constitutionnel. Sous la pression de la communauté internationale (de l'Union africaine qui adopte des sanctions à l'encontre de la junte, et de l'Union européenne qui suspend ses programmes de coopération) et avec la médiation de la Libye puis du Sénégal, le pouvoir et l'opposition engagent de difficiles pourparlers à partir de février 2009. Un accord-cadre est signé en juin 2009 prévoyant la mise en place d'un gouvernement d'union nationale de transition chargé d'organiser l'élection présidentielle, finalement fixée au 18 juillet.
À l'issue d'un scrutin auquel participent plus de 65 % des électeurs, M. Ould Abdel Aziz l'emporte dès le premier tour avec plus de 52 % des voix devant neuf candidats dont les trois figures majeures de l'opposition : Messaoud Ould Boulkheir, président de l'Assemblée nationale et candidat du Front national pour la défense de la démocratie (16,6 %), Ahmed Ould Daddah, chef du Rassemblement des forces démocratiques (13,4 %) et l'ancien putschiste E. Ould Mohamed Vall, relégué à la sixième place avec 3,8 % des suffrages. Ces derniers dénoncent une fraude massive – contrairement aux constatations des observateurs internationaux de l'UA et de l'OIF – et déposent un recours devant le Conseil constitutionnel qui le rejette, confirmant les résultats alors que la démission du président de la Commission électorale indépendante ainsi que les écarts de voix constatés dans certains fiefs de l'opposition jettent un doute sérieux sur la fiabilité du scrutin. L'élection est cependant entérinée par plusieurs États, dont la France et les États-Unis, soucieux d'une normalisation après un an de crise institutionnelle, et le président Aziz est officiellement investi le 5 août.
Trois jours après cette intronisation, un attentat-suicide revendiqué par al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) est commis contre l’ambassade de France à Nouakchott.
Le gouvernement, qui s’est engagé à lutter fermement contre le terrorisme, renforce les moyens de l’armée pour la lutte contre l’organisation djihadiste. En juillet 2010, une nouvelle loi antiterroriste est adoptée.
Fortement contesté, le président n’hésite pas à recourir à la force contre les manifestations mais tente aussi d’asseoir sa légitimité en réunissant en septembre-octobre 2011 une conférence nationale en vue de lancer un dialogue national inclusif. En l’absence de garantie pour l’application des réformes, cette ouverture partielle est toutefois rejetée par les principales formations de l’opposition alors que les élections législatives, prévues pour novembre, ont été reportées sine die.
Finalement organisées en novembre-décembre 2013, elles donnent une très large majorité au parti présidentiel (l’Union pour la République) et ses alliés, devant le Rassemblement national pour la réforme et le développement (Tawassoul), formation islamiste apparentée aux Frères musulmans d’Égypte, le parti El Wiam, réunissant des partisans de l’ancien président Ould Taya, et l’Alliance populaire progressiste (APP), dirigée par le président sortant de l’Assemblée nationale, M. Ould Boulkheir.
La Coordination de l'opposition démocratique (COD), regroupant une dizaine de partis, boycotte cependant le scrutin.
Parallèlement, la question de l’esclavage, toujours persistant en Mauritanie en dépit de son abolition officielle en 1981, refait surface à la suite notamment d’un rapport des Nations unies en août 2010. La loi adoptée en août 2007 criminalisant cette pratique reste en effet largement inappliquée malgré l’action des ONG comme « SOS esclaves » et l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste en Mauritanie (IRA) présidée par Biram Ould Dah Ould Abeid, plusieurs fois emprisonné et récompensé par le prix 2013 des Nations unies pour la cause des droits de l'homme. En 2012, l’interdiction de l’esclavage est inscrite dans la réforme constitutionnelle adoptée en mars et la peine encourue par les personnes condamnées pour ce fait est aggravée. Si ces efforts sont salués par la rapporteuse spéciale de l’ONU en février 2014, les associations abolitionnistes n’y voient qu’un vernis destiné à satisfaire la communauté internationale.

9.2. Second mandat
Le 21 juin 2014, l’élection présidentielle se tient conformément à la Constitution, mais les principaux partis d’opposition (la COD et Tawassoul) n’y participent toujours pas. Le président sortant l’emporte avec près de 82 % des voix, tandis que le taux de participation s’élève officiellement à 56 %. La surprise du scrutin est la deuxième place conquise par B. Dah Abeid (8,6 % des suffrages), militant antiesclavagiste qui s’est présenté comme candidat indépendant.
Ménagé par les États occidentaux, dont la France, malgré des atteintes manifestes aux droits humains et aux libertés politiques dénoncées par la FIDH à l’issue d’une mission en juillet 2012 mais éclipsées par le rôle de la Mauritanie dans la lutte antiterroriste, M. Ould Abdel Aziz entame son second mandat sans avoir pacifié une société profondément divisée. En août 2015, alors que Parlement adopte un nouveau texte durcissant la législation existante et considérant désormais l'esclavage comme un « crime contre l’humanité » passible de vingt ans de prison (contre dix auparavant), le président de l'IRA, Biram Ould Dah Ould Abeid et deux de ses adjoints sont condamnés en appel à deux ans de prison ferme quelques jours plus tard.

10. Les relations extérieures
La politique étrangère de la Mauritanie a lourdement pesé sur son histoire récente.

10.1. Une diplomatie de compromis
Le nationalisme économique a été à l'origine d'une méfiance des investisseurs occidentaux, compensée dans un premier temps par la générosité des pays arabes à l'égard de la jeune République islamique et par le maintien de l'aide publique française à un niveau élevé. Mais la prise de position du gouvernement en faveur de l'Iraq en 1991 lors de la guerre du Golfe a brusquement tari les financements de l'Arabie saoudite et du Koweït, créant des difficultés supplémentaires pour les finances publiques et le réseau bancaire.
Un tournant diplomatique s'opère en 1999, lors de l'établissement de relations officielles avec Israël (amorcé dès 1996), qui entraîne un isolement politique de la Mauritanie au sein de la Ligue arabe, tandis que les relations avec l'Iraq se détériorent. Les États-Unis, satisfaits de ce changement de cap, intensifient leurs échanges commerciaux avec la Mauritanie.
Après les attentats du 11 septembre 2001 sur le sol américain, Nouakchott collabore pleinement avec ses nouveaux alliés, en procédant notamment à l'arrestation d'un homme suspecté de liens avec le réseau al-Qaida de Ben Laden. Mais des problèmes de sécurité subsistent aux frontières, où le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), devenu à partir de janvier 2007 l'Organisation al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) intensifie ses activités, entraînant l'annulation du rallye Paris-Dakar en 2008.

10.2. Au contact de l'Afrique noire et du Maghreb
Désireuse de bénéficier de sa position d'intermédiaire entre l'Afrique noire et le Maghreb, la Mauritanie fait à la fois partie de l'Organisation de l'unité africaine (OUA), de la Ligue arabe et de l'Union du Maghreb arabe. Elle choisit cependant de se désengager des ensembles ouest-africains en quittant la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) en 2001. Mais cette volonté n'a pas empêché les tensions, voire les affrontements avec les voisins du Nord et du Sud.
Les violences intercommunautaires de 1989 conduisent à une rupture des relations diplomatiques avec le Sénégal. Les concentrations de troupes de part et d'autre de la frontière font craindre le pire, mais les pressions internationales conduisent à une normalisation en 1992. Après plusieurs années, le 12 novembre 2007, la question des 25 000 réfugiés mauritaniens noirs au Sénégal et au Mali après les événements de 1989 trouve un règlement pacifique. Un problème semblable demeure avec le Mali : des Touareg fuyant les zones de combat se sont réfugiés en Mauritanie à partir de 1990.

10.3. L'ancrage arabo-musulman
La rupture des relations avec Israël (gelées en janvier 2009 puis rompues en mars 2010) et l’attention soutenue portée à la Libye, aux pays du Golfe, au Soudan à la Syrie et à l’Iran (visite officielle du président Abdel Aziz en janvier 2010, et d’Ahmadinejad à Nouakchott en septembre 2011), marquent la volonté du pouvoir de jouer de l’identité arabo-musulmane de la Mauritanie.

10.4. La Mauritanie en première ligne contre AQMI
La menace terroriste s’aggravant dans l’ensemble de la région sahélo-saharienne, la Mauritanie soutient l’action de la communauté internationale et l’intervention française au Mali en 2013. Elle s’associe avec dix autres États (Algérie, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée, Libye, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal et Tchad) au « processus de Nouakchott », lancé par l’UA en mars en vue de renforcer la coopération sécuritaire et l’échange de renseignements.
En février 2014, elle accueille un sommet des chefs d’État de la région – Mali, Niger, Tchad et Burkina Faso – qui donne naissance au « G5 du Sahel » dans le but de coordonner les politiques de développement et de sécurité qui privilégieraient des projets dans des zones à l’abandon propices au développement du terrorisme.
Président en exercice de l'Union africaine, le chef de l'État mauritanien s’implique également dans la résolution du conflit au Mali où, en mai, il contribue à l’obtention d’un cessez-le-feu entre la rébellion touareg et l’armée, après une reprise des hostilités à Kidal.

 

  DOCUMENT   larousse.fr    LIEN

 
 
 
  VOLTAIRE
 




 

 

 

 

 

François Marie Arouet, dit Voltaire

Cet article fait partie du dossier consacré à la Révolution française.
Écrivain français (Paris 1694-Paris 1778).

       
Voltaire, l’un des philosophes des Lumières les plus importants, a connu une vie mouvementée marquée par l’engagement au service de la liberté. Travailleur infatigable et prolixe, il laisse une œuvre considérable et très variée qui touche à tous les domaines, renouvèle le genre historique et donne au conte ses lettres de noblesse.
Famille
Il est né le 21 novembre 1694 ; son père est notaire et conseiller du roi ; sa mère meurt alors qu’il est âgé de sept ans.
Formation
Il est placé chez les jésuites du collège Louis-le-Grand (ancien collège de Clermont), puis fait des études à la faculté de droit de Paris.

Début de sa carrière
À partir de 1715, il fréquente les milieux libertins et les salons littéraires, compose des écrits satiriques qui le conduisent à la Bastille. En prison, il rédige Œdipe (1717). Il fait des voyages en Europe et connaît des intrigues de cour. Il continue à écrire pour le théâtre et commence une épopée, la Ligue (1723), première version de la Henriade (1728). Une altercation avec le chevalier de Rohan-Chabot lui vaut douze jours à la Bastille, puis l’exil en Angleterre (1726).

Premiers succès
Rentré en France en 1728, il fait jouer son théâtre ; il triomphe avec sa pièce Zaïre (1732). Il se retire à Cirey, chez Mme du Châtelet. Les Lettres philosophiques connaissent un succès de scandale (1734), de même que le poème provocateur le Mondain (1736).

Tournant de sa carrière
Il est rappelé à Paris où il est nommé historiographe du roi (1745). Parallèlement à son travail d’historien (le Siècle de Louis XIV, 1752 ; Essai sur les mœurs et l'esprit des nations, 1756), il commence à rédiger des contes satiriques (Zadig, 1748 ; Micromégas, 1752). Il accepte l’invitation de Frédéric II de Prusse et part pour Potsdam (1750). En 1755, il s’installe en Suisse, où sera publié Candide (janvier 1759) et, enfin, dans un village français près de la frontière suisse, Ferney (décembre 1758-février 1759).

Dernière partie de sa carrière
Devenu l’« hôte de l’Europe », il intervient dans des « affaires » (Calas, Sirven, La Barre). Il poursuit son combat en faveur de la tolérance (Traité sur la tolérance, 1763 ; Dictionnaire philosophique portatif, 1764) sans toutefois abandonner le conte (l’Ingénu, 1767). Il meurt le 30 mai 1778. Treize ans plus tard, en 1791, ses restes sont transférés solennellement au Panthéon.

1. La vie de Voltaire

1.1. La formation initiale (1694-1713)

François Marie Arouet est le cinquième enfant de François Arouet (1649-1722) et de Marguerite Daumart (vers 1661-1701) [sur les six enfants de la famille, trois meurent en bas âge]. Son père, notaire royal, puis payeur des épices à la Chambre des comptes, est en relations professionnelles et personnelles avec l'aristocratie. Il fait donner à ses fils la meilleure éducation possible. Pour l'aîné Armand, vers 1695, c'est celle des Oratoriens. Pour François Marie, en 1704, c'est celle des jésuites du collège Louis-le-Grand. La mésentente entre les deux frères vient sans doute en partie de là. Elle sera doublée de difficultés entre le père et le fils, lorsque le libertinage et la vocation littéraire apparaîtront simultanément. Voltaire affecte parfois de ne pas être le fils de son père, mais du chansonnier Rochebrune : affirmation agressive d'indépendance – la plaisanterie sur sa bâtardise est considérée de nos jours comme le signe d'une phobie et d'une hantise qui se retrouvent dans l'attitude de Voltaire devant Dieu, père au terrible pouvoir.
Son adolescence subit l'influence de l'humanisme jésuite et celle du libertinage mondain. Aux Jésuites, Voltaire doit sa culture classique, son goût assez puriste, le souci de l'élégance et de la précision dans l'écriture, son amour du théâtre et même, en dépit d'eux, les bases de son déisme. Aux libertins du Temple, son épicurisme, son esprit plaisant et irrévérencieux, son talent dans la poésie légère.


1.2. Première expérience de l’écriture polémique (1713-1726)
Mais Voltaire ne se contente pas d'être un homme de plaisir : il y a dans son art de jouir une insolence qui lui vaut d'être envoyé par son père à Caen, puis à La Haye en 1713, d'être confiné à Sully-sur-Loire en 1716 sur ordre du Régent (sur lequel on dit qu’il a écrit quelques vers assassins) et embastillé en 1717. Dès ce moment, il prépare deux grandes œuvres, d'une tout autre portée que ses vers épicuriens : la tragédie Œdipe, triomphalement représentée en novembre 1718, et le poème de la Ligue, paru en 1723, qui deviendra en 1728 la Henriade. Il veut maintenant imiter Sophocle et Virgile. Le libertin commence à se faire philosophe en lisant Malebranche, Bayle, Locke et Newton.
C'est en 1718 qu'il prend le pseudonyme de Voltaire (d'abord Arouet et Voltaire), peut-être formé à partir d'Airvault, nom d'un bourg poitevin où ses ancêtres ont résidé. Le chevalier de Rohan (1683-1760), qui le fait bâtonner et, humiliation pire, de nouveau embastiller en 1726, semble avoir interrompu une carrière admirablement commencée d'écrivain déjà illustre et de courtisan. En fait, il rend Voltaire à sa vraie vocation, qui aurait certainement éclaté d'une façon ou d'une autre, car on ne peut guère imaginer qu'il se soit contenté d'être poète-lauréat.

1.3. Séjour en Angleterre (1726-1728)

C'est Voltaire lui-même qui demande la permission de passer en Angleterre. Y a-t-il découvert ce dont il n'avait aucune idée et subi une profonde métamorphose ? Y a-t-il, au contraire, trouvé ce qu'il était venu y chercher, appris ce qu'il savait déjà ? Les deux thèses ont été soutenues. On admet maintenant que s'il a, avant son voyage, lu des ouvrages traduits, s'il a aussi adopté par ses propres cheminements des vues déjà « philosophiques » sur Dieu, sur la Providence, sur la société, sur la tolérance, sur la liberté, il n'est pourtant pas en état, dans les années 1726-1728, d'assimiler complètement la science et la philosophie anglaises.
Mais Voltaire fait l'expérience d'une civilisation, dont il sent et veut définir ce qu'il appelle l'esprit ou le génie. Il comprend l'importance pour la pensée et la littérature françaises de connaître ces Anglais, avec qui le Régent a noué alliance, et il réunit une masse de notations, d'idées, de questions, de problèmes, d'anecdotes, de modèles formels dont il ne cessera de tirer parti pendant tout le reste de son existence.
Les Lettres philosophiques, ou Lettres anglaises, conçues bien avant la fin de son séjour en Angleterre, paraissent en anglais dès 1733, en français en 1734. Elles sont, malgré leurs erreurs et leurs lacunes, l'un des essais les plus réussis pour ce qui est de comprendre et donner à comprendre le fonctionnement d'une société étrangère et le lien entre des institutions, des mœurs et une culture sous le signe de la liberté.

1.4. Retour en France : spéculation financière et clandestinité (1728-1734)
De son retour en France (1728) à son installation en Lorraine, à Cirey (1734), Voltaire vit quelques années tiraillé : entre le monde et la retraite, le succès et les persécutions, la publication des œuvres achevées et la mise en chantier d'œuvres nouvelles.
Il fait applaudir Brutus (décembre 1730) et Zaïre (août 1732), mais son Histoire de Charles XII est saisie (janvier 1731). Son Temple du goût soulève des protestations violentes (janvier 1733), ses Lettres philosophiques (avril 1734), longuement revues et auxquelles il a ajouté les remarques « Sur les Pensées de M. Pascal », sont brûlées, et l'auteur doit se réfugier en Lorraine (mai 1734) pour échapper à une lettre de cachet (écrit formel du roi ordonnant l'incarcération ou l'exil). En mai 1732, il avait pour la première fois fait mention de son projet d'écrire l'histoire de Louis XIV.
C'est pendant cette période qu'il met au point deux moyens d'assurer sa liberté d'écrire, et dont il ne cessera désormais d'user : la spéculation, qui lui procurera l'aisance matérielle puis la richesse, et la clandestinité, dans laquelle il prépare l'impression et la diffusion de ses œuvres.

1.5. La retraite à Cirey (1734-1750)

1.5.1. Période studieuse (1734-1740)

Voltaire s'est installé à Cirey, en Haute-Marne, chez Mme du Châtelet (Émilie Le Tonnelier de Breteuil, marquise du Châtelet, 1706-1749). C'est le lieu de sa retraite et le centre de ses activités jusqu'à la mort de sa maîtresse. Plusieurs raisons lui ont fait souhaiter de se retirer pendant quelques années : les poursuites entamées contre lui, le besoin de se recueillir pour l'œuvre de longue haleine que va être le Siècle de Louis XIV, le sentiment qu'il doit acquérir en science et en philosophie les connaissances qui lui manquent, et au seuil desquelles l'achèvement des Lettres philosophiques l'a conduit.
De 1734 à 1738 s'accomplit ce que l'on a appelé la rééducation de Voltaire. Il était déjà philosophe par son esprit critique, par ses idées sur la religion, sur la société, sur le bonheur. Il le devient au sens encyclopédique où son siècle doit entendre le mot : en se faisant métaphysicien, physicien, chimiste, mathématicien, économiste, historien, sans jamais cesser d'être poète et d'écrire des comédies, des tragédies, des épîtres ou des vers galants.
Avec Mme du Châtelet, il commente Newton, Leibniz, Christian von Wolff, Samuel Clarke, Bernard de Mandeville et fait des expériences de laboratoire. Sa correspondance avec Frédéric II de Prusse et le rôle qu'il espère jouer auprès du prince l'amènent à s'instruire sur la diplomatie et sur les problèmes économiques.
Toutes ces activités et ces recherches, qui explorent le concept de civilisation, aboutissent au Traité de métaphysique (Voltaire y travaille du début de 1734 à la fin de 1736, l'ouvrage ne sera pas publié de son vivant), aux Éléments de la philosophie de Newton (publiés en 1738), au Siècle de Louis XIV (une première version est prête en 1738, le début est publié en 1739 et aussitôt saisi), aux sept Discours sur l'homme (composés et diffusés plus ou moins clandestinement en 1738) et au projet de l'Essai sur les mœurs et l'esprit des nations.

1.5.2. Période d'instabilité (1740-1750)
Mais la retraite à Cirey n'est ni constante, ni solitaire, ni même toujours tranquille. Les visiteurs se succèdent. On fait du théâtre. On lit les œuvres toutes fraîches. On veille sur les manuscrits, qui sont comme des explosifs prêts à éclater : Voltaire entre en fureur quand des pages de la Pucelle disparaissent de leur tiroir. Il doit fuir en Hollande quand le texte du Mondain circule (novembre 1736).

La seconde partie de la période de Cirey est encore plus agitée : voyages à Lille auprès de sa nièce Mme Denis (qui devient sa maîtresse à partir de 1744), voyages à Paris pour la représentation, vite interdite, de Mahomet (août 1741) et pour celle de Mérope, triomphale (février 1743). Il rencontre Frédéric II à Wesel, près de Clèves (septembre 1740), part en mission diplomatique à Berlin et en Hollande (1743-1744), séjourne à Versailles pour la représentation de la Princesse de Navarre et celle du Temple de la gloire (1745).
Voltaire cherche, en effet, à obtenir la faveur de Louis XV. Son Poème de Fontenoy est imprimé par l'imprimerie royale (1745). Il est finalement nommé historiographe de France (avril 1745), élu à l'Académie française (avril 1746), avant de recevoir le brevet de gentilhomme ordinaire de la chambre du roi (décembre 1746). Les académies de province et de l'étranger rivalisent pour le compter parmi leurs membres. Il est reçu à Sceaux chez la duchesse du Maine, pour laquelle il écrit ses premiers Contes.
Mais, comme en 1726, l'édifice de son succès s'effondre quand il peut se croire au sommet. L'épisode du jeu de la reine (où Voltaire dit à Mme du Châtelet, qui perdait tout ce qu'elle misait, qu'elle jouait avec des coquins) est moins autant une des causes de sa disgrâce que la conséquence et le symbole de la conduite qu'il a adoptée. Il n'aurait en effet jamais sacrifié son œuvre et sa pensée à la quête des faveurs royales, dont il voulait se faire un bouclier, et le roi savait fort bien qu'il n'était pas un courtisan sincère. La mort de Mme du Châtelet prive Voltaire de son refuge, mais le délie de la promesse qu'il a faite de ne pas répondre à l'invitation de Frédéric.

1.6. Auprès de Frédéric II de Prusse (1750-1754)

1.6.1. Entre admiration et défiance réciproques

À son arrivée à Potsdam, en juillet 1750, Voltaire n'a plus d'illusions sur le roi-philosophe. Il comprend bien que la guerre et l'intrigue passeront toujours avant la philosophie aux yeux de celui qui lui a soumis, en 1740, une réfutation de Machiavel, mais a envahi la Silésie dès 1741. Le souverain et l'écrivain éprouvent l'un pour l'autre un sentiment étrange et violent, mélange d'admiration, d'attachement, de défiance et de mépris. Ce qu'ils se sont écrit l'un à l'autre, et ce qu'ils ont écrit l'un de l'autre, est à interpréter en fonction de toutes leurs arrière-pensées. Voltaire doit se justifier devant l'opinion française, et peut-être à ses propres yeux, d'être allé servir le roi de Prusse : celui-ci accable Voltaire de flatteries tout en le calomniant auprès du gouvernement français, pour lui interdire le retour en France. Le 15 mars 1753, Voltaire reçoit néanmoins le droit de quitter la Prusse.

1.6.2. Une période féconde malgré tout
En peu de temps, Voltaire apprend beaucoup sur le pouvoir politique, sur la parole des rois, sur le rôle des intellectuels, et son expérience humaine, déjà variée, renforce encore davantage son caractère cosmopolite. Il travaille aussi beaucoup, malgré les divertissements, les corvées et les polémiques. En vérité, il songe d'abord à son travail en acceptant l'invitation de Frédéric II. Le Siècle de Louis XIV paraît (1752). Voltaire rédige de grands morceaux de l'Histoire universelle (le futur Essai sur les mœurs et l'esprit des nations), que déjà les éditeurs pirates s'apprêtent à publier d'après des manuscrits volés. Il pense à écrire son Dictionnaire philosophique portatif. Il donne, sous le titre de Micromégas (1752), sa forme définitive à un conte dont le premier état datait peut-être de 1739, et compose le Poème sur la loi naturelle, qui paraît en 1755.

1.6.3. De nouveau en quête d'un abri
Pendant un an et demi, de mars 1753 à novembre 1754, Voltaire cherche un abri. Malgré le bon accueil qu'il reçoit de plusieurs princes d'Allemagne, à Kassel, à Gotha, à Strasbourg, à Schwetzingen, les motifs de tristesse s'accumulent : deux représentants de Frédéric l'ont cruellement humilié et retenu illégalement prisonnier à Francfort (29 mai-7 juillet 1753). Les éditions pirates de ses œuvres historiques et les manuscrits de la Pucelle se multiplient. Mme Denis semble disposée à l'abandonner. Sa santé chancelle. À Colmar, pendant l'hiver de 1753, il songe au suicide. Mais il ne cesse de travailler : cela le sauve.

1.7. Le patriarche (1754-1778)

1.7.1. La retraite à Ferney : une activité intense

En novembre 1754, Voltaire s'installe à Prangins (commune suisse du canton de Vaud), puis en mars 1755 près de Genève dans le domaine de Saint-Jean qu'il rebaptise « les Délices ». S'ensuivent des querelles et même des menaces d'expulsion, à cause des représentations théâtrales auxquelles il doit renoncer, à cause aussi du scandale de l'article « Genève », écrit par d'Alembert dans l’Encyclopédie, où l'on reconnaît son influence.

En décembre 1758, Voltaire achète le château de Ferney (dans l'Ain, près de la frontière suisse), où il ne s'installe qu'en 1759. Il y restera jusqu'à l'année de sa mort et y devient le « grand Voltaire », le « patriarche » qui reçoit des visiteurs de tous pays et correspond avec le monde entier – il dicte ou écrit parfois jusqu'à quinze ou vingt lettres à la suite. Il travaille de dix à quinze heures par jour, fait des plantations, construit des maisons, fonde des manufactures de montres, de bas de soie, donne des représentations théâtrales, des repas, des bals. Ainsi, en une vingtaine d'années, il lance dans le public plus de quatre cents écrits, depuis la facétie en deux pages jusqu'à l'encyclopédie philosophique en plusieurs volumes.
Candide, qui paraît en 1759, marque la fin d'une période d'inquiétude, au cours de laquelle il publie pourtant les Annales de l'Empire (1753) et l'Essai sur les mœurs et l'esprit des nations (1756). Il écrit, à la suite du tremblement de terre ayant détruit la ville, le Poème sur le désastre de Lisbonne (1756) et la première partie de l'Histoire de la Russie sous Pierre le Grand (1759). Il achève et fait paraître l'Orphelin de la Chine (1755), travaille à l'édition générale de ses œuvres entreprise par les frères Cramer. Il tente aussi, sans succès, d'arrêter la guerre en servant d'intermédiaire entre le duc de Choiseul et Frédéric II.
Dans l'immense production de Ferney figurent des tragédies comme Tancrède (1759), Olympie (1764), les Scythes (1768), les Guèbres (1769), les Lois de Minos (1772), Irène (1778), quelques comédies, le commentaire du théâtre de Corneille, des études historiques (Histoire du parlement de Paris, le Pyrrhonisme de l'Histoire, Fragment sur l'histoire générale), des études juridiques (Commentaire du livre des délits et des peines [de Beccaria], Commentaire sur l'Esprit des lois, le Prix de la justice et de l'humanité), des épîtres au roi de Chine, au roi du Danemark, à l'impératrice de Russie, à Boileau, à Horace, etc. Mais même les œuvres de pure littérature ou d'érudition sont liées aux polémiques dans lesquelles Voltaire est engagé, et chacune ne trouve son sens que replacée dans les circonstances qui l'ont fait naître. Il arrive à l'auteur d'expédier en quelques jours une tragédie, à la fois pour attirer l'attention du roi et obtenir la permission de revenir à Paris, qui lui est refusée aussi obstinément par Louis XVI qu'elle l'a été par Louis XV.

1.7.2. Défense de la liberté de pensée

Tout sert le combat philosophique. « Écr. l'inf. », c'est-à-dire « Écrasons l'infâme », répète-t-il à ses correspondants – l'« infâme » étant la superstition, la religion en général et la religion catholique en particulier. Le combat vise aussi l'injustice, l'arbitraire, l'obscurantisme, la sottise, tout ce que Voltaire juge contraire à l'humanité et à la raison. Sa première arme étant le ridicule, satires, épigrammes et facéties bafouent les croyances et les usages qu'il condamne. Elles pleuvent sur Fréron, Omer de Fleury, les frères Le Franc de Pompignan, Jean-Jacques Rousseau, Chaumeix, Needham, Nonnotte, Patouillet, et bien d'autres ennemis récents ou de vieille date. Plusieurs de ces railleries mordantes sont restées célèbres : la Relation de la maladie, de la confession, de la mort et de l'apparition du jésuite Berthier, le Pot-Pourri, les Anecdotes sur Bélisaires ou la Canonisation de saint Cucufin.
Selon un dessein conçu depuis longtemps, Voltaire réunit des articles d'un ton plus sérieux, souvent tout aussi satirique, sur des sujets théologiques ou religieux (le Dictionnaire philosophique portatif, 1764, plusieurs fois réédité, augmenté à chaque réédition, devenu en 1769 la Raison par alphabet, puis simplement le Dictionnaire philosophique) ou sur tous les sujets de philosophie, législation, politique, histoire, littérature, où le philosophe a son mot à dire (Questions sur l'Encyclopédie, à partir de 1770). Il met en forme les recherches de critique religieuse et de critique biblique qu'il a commencées à Cirey avec Mme du Châtelet, et une vingtaine d'essais ou de traités sortent de Ferney de 1760 à 1778 : Sermon des Cinquante (1762), Traité sur la tolérance (1763), Questions sur les miracles (1765), Examen important de Milord Bolingbroke (1766), le Dîner du comte de Boulainvilliers (1768), Collection d'anciens évangiles (1769), Dieu et les hommes (1769), la Bible enfin expliquée (1776), Histoire de l'établissement du christianisme (1777).

Voltaire a des alliés dans ce combat, les encyclopédistes d'Alembert et Marmontel, et il prend leur défense quand ils sont persécutés. Mais, à mesure que se développe en France une philosophie athée, dont les porte-parole sont, entre autres, Diderot et d'Holbach, il ressent le besoin de raffermir les bases de sa propre philosophie, qui est loin d'être toute négative. Il le fait dans des dialogues comme le Douteur et l'Adorateur (1766 ?), l'A.B.C. (1768), les Adorateurs (1769), Sophronime et Adelos (1776), Dialogues d'Evhémère (1777) et dans des opuscules comme le Philosophe ignorant (1766), Tout en Dieu (1769), Lettres de Memmius à Cicéron (1771), Il faut prendre un parti ou le principe d'action (1772).

1.7.3. Le polémiste engagé

Voltaire promettant son appui à la famille Calas
Enfin, la satire et la discussion ne suffisent pas à Voltaire. Il fait appel à l'opinion publique et intervient dans des affaires judiciaires qui l'occupent et l'angoissent pendant plusieurs années : affaires Calas, Sirven, Montbailli, La Barre, Lally-Tollendal. Les Contes (l'Ingénu, la Princesse de Babylone, l'Histoire de Jenni, le Taureau blanc) sont la synthèse fantaisiste de toutes ces polémiques et de toutes ces réflexions, pour la joie de l'imagination et de l'intelligence…
Le 5 février 1778, après avoir envoyé devant lui en reconnaissance Mme Denis, Voltaire part sans autorisation pour Paris et y arrive le 19. Sa présence soulève la foule, les visiteurs se pressent à son domicile, la loge des Neuf-Sœurs lui donne l'initiation. L'Académie française lui fait présider une de ses séances, la Comédie-Française – où l'on joue sa pièce Irène – fait couronner son buste sur la scène en sa présence.

Voltaire meurt le 30 mai, en pleine gloire. Son cadavre, auquel le curé de Saint-Sulpice et l'archevêque de Paris refusent la sépulture, est transporté clandestinement et inhumé dans l'abbaye de Seillières par son neveu, l'abbé Vincent Mignot.
Après la Révolution, le 11 juillet 1791, son corps entre en grande pompe au Panthéon, accompagné par l'immense cortège des citoyens reconnaissants, lors de la première cérémonie révolutionnaire qui se déroule sans la participation du clergé. Son épitaphe porte ces mots : « Il combattit les athées et les fanatiques. Il inspira la tolérance, il réclama les droits de l'homme contre la servitude de la féodalité. Poète, historien, philosophe, il agrandit l'esprit humain, et lui apprit à être libre. »

2. L'œuvre de Voltaire

2.1. Le Voltaire historien

2.1.1. Une nouvelle méthode historique

Voltaire a voulu que l'histoire soit philosophique et n'a cessé de faire avancer parallèlement ses travaux historiques et ses réflexions sur les méthodes et les objectifs de l'historien. Parti d'une conception épique et dramatique, qui a pu faire dire que la Henriade était une histoire en vers et l'Histoire de Charles XII une tragédie en prose, il a voulu ensuite faire le tableau d'un moment de haute civilisation dans un pays (le Siècle de Louis XIV), puis retracer l'histoire de la civilisation dans l'univers entier, en commençant au point où Bossuet avait arrêté son Discours sur l'histoire universelle (Essai sur les mœurs et l'esprit des nations et sur les principaux faits de l'histoire depuis Charlemagne jusqu'à Louis XIII, qui devait d'abord être une Histoire générale ou une Histoire de l'esprit humain).
Voltaire entend respecter plusieurs principes, qu'il a de mieux en mieux précisés avec le temps : les faits doivent être exactement établis, contrôlés par la consultation des témoins oculaires et des documents écrits ; tout ce qui est contraire à la raison, à la vraisemblance et à la nature doit être écarté ; les récits légendaires et les miracles n'ont pas leur place dans une œuvre historique, sauf comme exemples de la crédulité et de l'ignorance des siècles passés. Voltaire reproche à ses prédécesseurs et à ses contradicteurs moins leur manque de connaissances que leur manque de jugement. Il s'acharne à dénoncer leurs « bévues » et leurs « sottises ».
Tous les faits, même avérés, ne sont pas à retenir : l'érudition historique a réuni depuis le début du xviie s. une immense documentation, et le critère du tri à faire dans cette documentation est la signification humaine des faits. De sorte que Voltaire s'intéresse moins aux événements, batailles, mariages, naissances de princes, qu'à la vie des hommes « dans l'intérieur des familles » et « aux grandes actions des souverains qui ont rendu leurs peuples meilleurs et plus heureux ». Il ne renonce pas à raconter : l'Histoire de Charles XII est une narration. Les chapitres narratifs dans le Siècle de Louis XIV sont les plus nombreux, mais le récit est rapide et clair. Il vaut une explication et il comporte une signification critique, parfois soulignée d'un trait d'ironie.
Les idées, la religion, les arts, les lettres, les sciences, la technique, le commerce, et ce que Voltaire appelle les « mœurs » et les « usages », occupent une place croissante : ils constituent la civilisation, dont Voltaire écrit l'histoire, sans la nommer, puisque le mot n'existait pas encore.

2.1.2. Trois causes à l'œuvre dans l'histoire
Voltaire voit agir dans l'histoire trois sortes de causes : les grands hommes, le hasard et un déterminisme assez complexe, où se combinent des facteurs matériels – comme le climat et le tempérament naturel des hommes – et des facteurs institutionnels, comme le gouvernement et la religion. De ces dernières causes, il ne cherche pas à démêler le « mystère » : il lui suffit d'affirmer que tout s'enchaîne. Le hasard est ce qui vient dérouter les calculs humains, les petites causes produisant les grands effets. Ici encore, Voltaire est en garde contre une explication trop ambitieuse de l'histoire. Quant aux grands hommes, ils peuvent le mal comme le bien, selon leur caractère et selon le moment où ils apparaissent. Ceux qui comptent aux yeux de l'historien sont ceux qui ont conduit leur pays à un sommet de civilisation : Périclès, Philippe de Macédoine et Alexandre le Grand dans la Grèce antique ; César et Auguste à Rome ; les Médicis au temps de la Renaissance italienne ; Louis XIV dans la France du xviie s.
Voltaire n'ignore pas que ces grands hommes ont rencontré des circonstances favorables et ont été puissamment secondés, qu'ils n'ont pas tout fait par eux-mêmes, que, dans l'intervalle des siècles de « génie », l'humanité a continué à progresser. Mais son scepticisme et son pessimisme sont plus satisfaits de reporter sur quelques individus exceptionnels l'initiative et la responsabilité de ce qui fait le prix de la vie humaine.

2.1.3. Une histoire polémique

Voltaire écrit l'histoire également en polémiste et, malgré son désir de tout comprendre, en civilisé de l'Europe occidentale. Ses jugements sont orientés par les combats philosophiques, par les problèmes propres à son époque et par les intérêts d'un homme de sa culture et de son milieu. Il est assez mal informé des mécanismes économiques. Il considère comme plus agissantes les volontés humaines. Il a délibérément renoncé à rendre compte du mouvement de l'histoire par un principe philosophique, métaphysique, sociologique ou physique : il pense que l'histoire, à son époque, doit devenir une science, non pas parce qu'elle formulera des lois générales, mais parce qu'elle établira exactement les faits et déterminera leurs causes et leurs conséquences.
Plusieurs de ces défauts qu'on reproche à Voltaire sont sans doute des qualités. En tout cas, les discussions actuelles sur l'ethnocentrisme ou sur la possibilité d'une histoire scientifique prouvent qu'on ne peut opposer à la conception voltairienne de l'histoire que des conceptions aussi arbitraires. Il reste que Voltaire a débarrassé l'histoire de la théologie et de toute explication par la transcendance, et qu'il l'a, en sens inverse, arrachée à l'événementiel, à la collection minutieuse de faits particuliers.
Historien humaniste, Voltaire a établi un ordre de valeurs dans les objets dont s'occupe l'histoire, mettant au premier rang le bonheur sous ses formes les plus évoluées. Il a ainsi fait apparaître un progrès que l'historien ne doit pas seulement constater, mais auquel il doit contribuer en inspirant l'horreur pour les crimes contre l'homme. Au récit des actions commises par les « saccageurs de province [qui] ne sont que des héros » (Lettre à A.M. Thiriot, 15 juillet 1735), il a tenté de substituer le récit d'une action unique : la marche de l'esprit humain.

Les principaux essais historiques de Voltaire
2.2. Le Voltaire dramaturge
Au théâtre, l'échec est presque complet, si l'on met à part l'utilisation de la scène comme d'une tribune. Voltaire aimait trop le théâtre : l'histrion en lui a tué le dramaturge, qui, pourtant, avait des idées nouvelles et n'avait pas en vain essayé de comprendre Shakespeare – dont il reste le principal introducteur en France. Son plus grand succès théâtral fut Zaïre (1732) : la pièce a été traduite dans toutes les langues européennes et jouées par les comédiens-français 488 fois jusqu'en 1936.
Il y a certes de beaux passages, du pathétique, du chant dans les tragédies d'avant 1750 (Zaïre, 1732 ; Mérope, 1743). Mais peut-être faudrait-il mettre toutes les autres en prose pour faire apparaître leurs qualités dramatiques. On peut trouver un réel intérêt à quelques pièces en prose, étrangères à toute norme, comme Socrate (1759) ou l'Écossaise (1760) : pour Voltaire, c'était d'abord des satires, elles ont pourtant un accent moderne qui manque trop souvent aux drames de Diderot, Sedaine et Mercier.

Les principales pièces de Voltaire

2.3. Le Voltaire philosophe

2.3.1. Le refus de la métaphysique

Si le philosophe est celui dont toutes les pensées, logiquement liées, prétendent élucider les premiers principes de toutes choses, Voltaire n'est pas un philosophe. Ce qu'il appelle philosophie est précisément le refus de la philosophie entendue comme métaphysique. Qu'est-ce que Dieu, pourquoi et quand le monde a-t-il été créé, qu'est-ce que l'infini du temps et de l'espace, qu'est-ce que la matière et qu'est-ce que l'esprit, l'homme a-t-il une âme et est-elle immortelle, qu'est-ce que l'homme lui-même ? Toutes ces questions posées par la métaphysique, l'homme ne peut ni les résoudre ni les concevoir clairement. Dès qu'il raisonne sur autre chose que sur des faits, il déraisonne. La science physique, fondée sur l'observation et l'expérience, est le modèle de toutes les connaissances qu'il peut atteindre. Encore n'est-il pas sûr qu'elle soit utile à son bonheur.
L'utilité est en effet le critère de ce qu'il faut connaître, et le scepticisme, pour Voltaire comme pour la plupart des penseurs rationalistes de son temps, le commencement et la condition de la philosophie. Mais le doute n'est pas total. Il épargne quelques fortes certitudes :
– que l'existence du monde implique celle d'un créateur, car il n'y a pas d'effet sans cause, et que ce créateur d'un monde en ordre est souverainement intelligent ;
– que la nature a ses lois, dont l'homme participe par sa constitution physique, et que des lois morales de justice et de solidarité, dépendant de cette constitution, sont universellement reconnues, même quand elles imposent des comportements contradictoires selon les pays ;
– que la vie sur cette terre, malgré d'épouvantables malheurs, mérite d'être vécue ;
– qu'il faut mettre l'homme en état de la vivre de mieux en mieux et détruire les erreurs et les préjugés qui l'en séparent.

2.3.2. Le refus de l'esprit de système
Parce que son argumentation devait changer selon ses adversaires, Voltaire n'hésita pas à se contredire en apparence, unissant en réalité dans des associations toujours plus riches les arguments qu'il employait successivement. Ainsi, le tremblement de terre de Lisbonne lui sert, en 1759, à réfuter Leibniz et Alexander Pope, mais la sécurité des voyages « sur la terre affermie » lui sert, en 1768, dans l'A.B.C., à rassurer ceux qui ne voient dans la création que le mal. La métaphysique de Malebranche est sacrifiée vers 1730 à la saine philosophie de Locke et de Newton, mais l'idée malebranchiste du « Tout en Dieu » est développée dans un opuscule de 1769 et mise au service d'un déterminisme universel déiste, opposé et parallèle au déterminisme athée.
Voltaire ignore la pensée dialectique. Il ne sait pas faire sortir la synthèse du heurt entre la thèse et l'antithèse. Il ne peut qu'appuyer, selon le cas, sur le pour ou sur le contre, non pour s'installer dans un juste milieu, mais pour les affirmer comme solidaires, chacun étant la condition et le garant de l'autre. Ce faisant, il ne se livre pas à un vain jeu de l'esprit. Il est persuadé qu'une vue unilatérale mutile le réel et que, dans l'ignorance où est l'homme des premiers principes et des fins dernières, le sentiment des contradictions assure sa liberté.

2.3.3. La philosophie comme morale

Toute la philosophie se ramène ainsi à la morale, non pas à la morale spéculative, mais à la morale engagée, qui peut se faire entendre sous n'importe quelle forme : tragédie, satire, conte, poème, dialogue, article de circonstance, aussi bien que sous l'aspect consacré du traité. Voltaire a pourtant été obsédé par les questions qu'il déclare inutiles et insolubles : elles sont au cœur de ses polémiques.
Son esprit critique se dresse contre un optimisme aveugle fondé sur un acte de foi ou sur des raisonnements à la Pangloss, ce personnage de Candide (1759). Dès le début, il n'est optimiste que par un acte de volonté. Son poème le Mondain, si on le lit bien, fait la satire d'un jouisseur que n'effleure aucune inquiétude. Ses malheurs personnels ont confirmé à Voltaire l'existence du mal. Dire qu'il a été bouleversé et désemparé par le tremblement de terre de Lisbonne, c'est gravement exagérer. Mais il s'en prend aux avocats de la Providence avec irritation et tristesse, parce qu'il refuse de crier « tout est bien » et de justifier le malheur.
Voltaire condamne tout aussi énergiquement ceux qui calomnient l'homme, les misanthropes comme Pascal, et, croyant en un Dieu de bonté, il déteste l'ascétisme et la mortification. Il lui faut se battre sur deux fronts, puis sur trois quand entre en lice l'athéisme matérialiste.
Une aptitude sans égale, au moment où il affirme une idée, à saisir et à préserver l'idée contraire, une adresse géniale à l'ironie, qui est le moyen d'expression de cette aptitude, telles sont les qualités de Voltaire philosophe. Sa pensée est inscrite dans l'histoire de l'humanité. Il a passionné plusieurs générations pour la justice, la liberté, la raison, l'esprit critique, la tolérance. On peut redemander encore à son œuvre toute la saveur de ces idéaux, si l'on a peur qu'ils ne s'affadissent.

Les principaux ouvrages philosophiques de Voltaire
2.4. Le Voltaire conteur

L'ironie voltairienne est intacte dans les romans et les contes « philosophiques », parce qu'ils n'ont pas été écrits pour le progrès de la réflexion ou de la discussion, mais pour le plaisir, en marge des autres œuvres. Voltaire y a mis sa pensée telle qu'il la vivait au plus intime de son être. Elle s'y exprime dans le jaillissement, apparemment libre, de la fantaisie. Ce qui est ailleurs argument polémique est ici humeur et bouffonne invention.
La technique du récit, le sujet des Contes, leur intention ont changé selon les circonstances de la rédaction : Micromégas est plus optimiste, Candide plus grinçant, l'Ingénu plus dramatique, l'Histoire de Jenni plus émue. Ils sont l'écho des préoccupations intellectuelles de Voltaire et de sa vie à divers moments (Zadig [1748] écrit en référence au « roi-philosophe » Frédéric II).
Mais dans tous, Voltaire s'est mis lui-même, totalement, assumant ses contradictions (car il est à la fois Candide et Pangloss) et les dépassant (car il n'est ni Pangloss ni Candide), répondant aux questions du monde qui l'écrase par une interrogation socratique sur ses expériences les plus profondes. Car l'ironie y est elle-même objet d'ironie. Elle enveloppe le naïf, dont les étonnements font ressortir l'absurdité des hommes et la ridiculisent. Elle vise non plus seulement les préjugés et la sottise, mais l'homme en général, être misérable et fragile, borné dans ses connaissances et dans son existence, sujet aux passions et à l'erreur, qui ne peut pas considérer sa condition sans éclater de rire. Ce rire n'anéantit pas ses espérances ni la grandeur de ses réussites, mais signale leur relativité (voyez Micromégas). La finitude et la mort frappent d'ironie toute existence humaine : en épousant l'ironie du destin, en ironisant avec les dieux, l'homme échappe au ridicule, s'accorde à lui-même et à sa condition, et se donne le droit d'être grand selon sa propre norme.

L'ironie de Voltaire est libération de l'esprit et du cœur. Ce que sa pensée peut avoir de rhétorique, de tendancieux, de court quand elle s'exprime dans des tragédies, des discours en vers ou même dans des dialogues, est brûlé au feu de l'ironie. Voltaire n'est dupe d'aucune imposture, d'aucune gravité. Il s'évade par le rire et rétablit le sérieux et le sentimental sans s'y engluer. Il ne court pas le risque de tourner à vide, de tomber dans le nihilisme intellectuel et moral du « hideux sourire » (selon les vers d'Alfred de Musset : « Dors-tu content, Voltaire, et ton hideux sourire/Voltige-t-il encor sur tes os décharnés ? », Rolla, 1833). Nullement dérobade d'un esprit égoïste qui ricanerait de tout et ne voudrait jamais s'engager, l'ironie voltairienne est appel au courage et à la liberté. Elle est généreuse.

 

    DOCUMENT   larousse.fr    LIEN

 
 
 
  siècle des Lumières ou les Lumières
 

 

 

 

 

 

 

siècle des Lumières ou les Lumières

Cet article fait partie du dossier consacré à la Révolution française.
Mouvement philosophique qui domina le monde des idées en Europe au xviiie s.


Le mouvement des Lumières tire son nom de la volonté des philosophes européens du xviiie siècle de combattre les ténèbres de l'ignorance par la diffusion du savoir. L'Encyclopédie, dirigée par Diderot et d'Alembert, est le meilleur symbole de cette volonté de rassembler toutes les connaissances disponibles et de les répandre auprès du public – d’un public éclairé.
Ce mouvement, qui connut une intensité plus marquée en France, en Angleterre (sous le nom d'Enlightenment) et en Allemagne (Aufklärung), est né dans un contexte technique, économique et social particulier : ascension de la bourgeoisie, progrès des techniques, progrès de l'organisation de la production et notamment des communications, progrès des sciences souvent appliquées au travail des hommes.
Confiants en la capacité de l'homme de se déterminer par la raison, les philosophes des Lumières exaltent aussi la référence à la nature et témoignent d'un optimisme envers l'histoire, fondé sur la croyance dans le progrès de l'humanité. L'affirmation de ces valeurs les conduit à combattre l'intolérance religieuse et l’absolutisme politique.


Certains philosophes interviennent dans des affaires judiciaires (Voltaire défend entre autres Calas, un protestant injustement accusé d'avoir tué son fils) et militent pour l'abolition des peines infamantes, de la torture et de l’esclavage. Diffusées dans les salons, les cafés et les loges maçonniques, les idées des Lumières sont consacrées par les œuvres des philosophes, des écrivains et des savants. Les principaux représentants des Lumières sont, en Grande-Bretagne, J. Locke, D. Hume, I. Newton ; en Allemagne, C. Wolff, Lessing, Herder ; en France, Montesquieu, Voltaire, Diderot, J.-J. Rousseau, tous les Encyclopédistes, Condillac et Buffon.

1. Un mouvement européen
On attribue généralement un rôle prééminent à la France dans l'essor de la civilisation européenne du xviiie s. Cependant l'Angleterre est la première instigatrice des grands mouvements idéologiques et des mutations économiques qui caractérisent ce siècle.
L'Angleterre offre l'image d'un pays libre : deux révolutions (1642-1649, avec Cromwell, et 1688-1689, avec la Déclaration des droits ou Bill of Rights) y ont détruit le régime de l'absolutisme et de l'intolérance. De telles idées se répandent en Europe grâce aux philosophes français, fascinés par cette application du libéralisme. Par ailleurs, les Anglais sont également à l'origine de diverses transformations technologiques et scientifiques qui débouchent sur ce que l'on appelle aussi des « révolutions » – dans l’agriculture et l’industrie – et bouleversent les données économiques.

1.1. Un continent en mutation
Une révolution scientifique

La France du xviiie s. ne peut s'enorgueillir d'avoir donné à la physique ou aux mathématiques des génies tels que Newton, Euler ou Gauss, mais l'apport français aux progrès des sciences est néanmoins indéniable. Tous les domaines sont représentés par de grands savants novateurs : en chimie, Lavoisier ; en mathématiques, Lagrange, Monge et Legendre ; ou encore en botanique, la famille Jussieu.


Dès lors, l'esprit humain se délivre des contraintes théologiques et formelles pour s'intéresser à la nature, dans une nouvelle démarche de recherche des connaissances

Des évolutions démographiques
Cette nouvelle conception du monde inclut une réflexion sur le gouvernement des sociétés humaines, qui sont elles-mêmes en mutation. Un essor démographique accompagne les progrès de cette époque. Une baisse générale de la mortalité, due au recul des trois principaux fléaux que sont la famine, la guerre et la peste, explique ce phénomène. La durée de vie s'allonge en moyenne de dix ans dans la seconde moitié du xviiie s. Ce type de changement structurel, associé aux mutations économiques, ébranle les équilibres sociaux.

L'essor de la bourgeoisie
Vers 1740, partout en Europe, existe une société d'ordres fondée sur les privilèges. Alors qu'en Angleterre aucun obstacle juridique n'empêche la mobilité sociale, la France donne l'exemple opposé : des groupes sociaux entiers, tels que les paysans, restent ignorés de la nation. Par contre, au sein du tiers état, la bourgeoisie constitue une classe en pleine ascension dès lors qu'elle profite des développements industriels et commerciaux de cette période. L'essor urbain – généré par le surcroît de population – offre un cadre à ces nouveaux possédants qui cherchent à faire reconnaître leurs avantages en allégeant les entraves politiques et en évoluant vers une nouvelle société : on constate ainsi que beaucoup de philosophes et d'écrivains du xviiie s. (Voltaire, Beaumarchais…) sont issus de familles bourgeoises aisées.

1.2. Le français, langue des Lumières
Les Lumières ne connaissent pas de frontières. Le mouvement touche toutes les élites cultivées d'Europe, et sa langue est le français, qui remplace le latin comme langue internationale de communication.
À la cour de Vienne ou de Saint-Pétersbourg, les Français sont à l'honneur ; et leurs livres, à la mode. Cette prépondérance tient au poids particulier de la France en Europe depuis Louis XIV, mais aussi au modèle de modernisme qu'elle incarne, à travers ses écrivains et ses savants, aux yeux des étrangers. Et, de fait, c'est en France que le mouvement des Lumières conquiert la plus large audience intellectuelle dans l'opinion.
Dans les autres États d'Europe continentale, il n'a entraîné qu'une partie des élites. Le cas de l'Angleterre est singulier : elle a précédé et influencé les Lumières françaises naissantes, mais ses élites n'ont pas prétendu se substituer au gouvernement ou à l'Église ; sa classe dirigeante est restée imprégnée de puritanisme et s'est plus préoccupée de commerce que de philosophie : elle s'est satisfaite des acquis de sa révolution de 1689.

2. Que sont les Lumières ?
La pensée du siècle des Lumières se développe autour de deux thèmes majeurs : le retour à la nature, la recherche du bonheur. Les philosophes dénoncent dans les religions et les pouvoirs tyranniques des forces obscurantistes responsables de l'apparition du mal, dans un monde où l'homme aurait dû être heureux. Ils réhabilitent donc la nature humaine, qui n'est plus entachée par un péché originel ou une tare ontologique ; ils substituent à la recherche chrétienne du salut dans l'au-delà la quête ici-bas du bonheur individuel. À la condamnation des passions succède leur apologie : l'homme doit les satisfaire, à condition qu'elles ne s'opposent pas au bonheur d'autrui.
2.1. Des philosophes militants

Cette nouvelle vision de l'homme et du monde, les philosophes la défendent en écrivains militants. Leur combat s'incarne dans la pratique de formes brèves, faciles à lire et susceptibles d'une vaste diffusion : lettres, contes, pamphlets.
Création littéraire et réflexion philosophique se nourrissent mutuellement. À cet égard, l'année 1748 marque un tournant, avec la parution et le grand succès de l'Esprit des lois, dans lequel Montesquieu analyse tous les régimes politiques et établit les rapports nécessaires qui unissent les lois d'un pays à ses mœurs, à son climat et à son économie. Par là apparaît bien le caractère relatif du régime monarchique. L'année suivante, Diderot publie sa Lettre sur les aveugles, et Buffon le premier volume de son Histoire naturelle. En 1751 paraît le Siècle de Louis XIV de Voltaire.

Diffuser la « révolution dans les esprits »

Cette même année 1751, les idées des Lumières se mêlent et s'affinent dans un creuset : l'Encyclopédie de Diderot, dont paraît le premier volume. Il s'agit d'une œuvre qui met à la portée de l'homme nouveau – le bourgeois, l'intellectuel – une synthèse des connaissances conçue comme un instrument pour transformer le monde et conquérir le présent.
Entre 1750 et 1775, les idées essentielles des Lumières se cristallisent et se répandent. « Il s'est fait une révolution dans les esprits […]. La lumière s'étend certainement de tous côtés », écrit Voltaire en 1765. Si après 1775 les grands écrivains disparaissent (Voltaire et Rousseau en 1778, Diderot en 1784), c'est le moment de la diffusion maximale, tant géographique que sociale, des Lumières ; l'opinion se politise, prend au mot leurs idées : la philosophie est sur la place publique. L'œuvre de l'abbé Raynal (Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, 1770), qui condamne le despotisme, le fanatisme et le système colonial, connaît un grand succès. Homme politique important autant que mathématicien, Condorcet publie des brochures contre l'esclavage et pour les droits des femmes, et prépare sa synthèse de l'histoire de l'humanité (Esquisse d'un tableau historique des progrès de l'esprit humain.

Pour un despotisme éclairé…
En matière politique, les Lumières mettent en cause l'absolutisme et érigent le despotisme éclairé en modèle de gouvernement. Il s'agit de subordonner les intérêts privilégiés et les coutumes au système rationnel d'un État censé représenter le bien public, de favoriser le progrès économique et la diffusion de l'enseignement, de combattre tous les préjugés pour faire triompher la raison. Ce despotisme éclairé inspira Frédéric II en Prusse, Catherine II en Russie, Joseph II en Autriche. Mais les philosophes qui croyaient jouer un rôle positif en conseillant les princes, comme Voltaire auprès de Frédéric II et Diderot auprès de Catherine II, perdirent vite leurs illusions. Ce qu'ils avaient pris pour l'avènement de la raison et de l'État rationnel était en réalité celui de la raison d'État, cynique et autoritaire.

…ou une monarchie modérée ?
Montesquieu, lui, est favorable à une monarchie modérée, de type anglais, où la liberté est assurée par la séparation des trois pouvoirs, exécutif, législatif et judiciaire. L'Angleterre est pour lui le royaume le mieux gouverné de l'Europe, parce que le citoyen y est protégé par la loi contre tout arbitraire et parce que le roi respecte la loi qu'il n'a pas élaborée lui-même, prérogative qui appartient aux représentants élus de la nation.
Pour autant, le rôle prééminent de la noblesse dans la nation et au Parlement n'est pas remis en cause. Montesquieu propose qu'en France les « pouvoirs intermédiaires » (clergé, noblesse, parlements judiciaires) exercent une forme de contrôle, comme représentants naturels de la nation, sur la monarchie : son libéralisme politique est donc limité aux élites.

Un creuset d'idées nouvelles
Les écrivains-philosophes ne marchent pas tous du même pas. Des lignes de partage se dessinent entre un courant déiste (Voltaire) et un matérialisme convaincu (Diderot, d'Holbach), entre une revendication générale de liberté (Voltaire encore) et un souci d'égalité et de justice sociale (Rousseau). À la fin du siècle, une nouvelle génération – celle des Idéologues – tentera d'articuler théorie et pratique et de définir une science de l'homme qui, par la mise en œuvre de réformes politiques et culturelles, assure le progrès de l'esprit humain.

Mais, en réaction à l'affirmation de cette raison collective, le moi sensible revendique ses droits : Rousseau, qui a posé dans le Contrat social les conditions de légitimité de toute autorité politique, donne avec ses Confessions le modèle de l'expression authentique d'un être unique et fait de la remontée aux sources de l'enfance et du passé l'origine de toute création littéraire.

2.2. Idées et idéaux des Lumières
Le fonds commun des Lumières réside dans un rejet de la métaphysique, selon laquelle la transcendance (Dieu) précède la réalité (le monde). Les termes en sont inversés : la transcendance est ce qui reste, ce qui résiste à toute analyse rationnelle, scientifique, historique. Par-delà leur diversité, les hommes des Lumières ont en commun cette attitude d'esprit inspirée de la méthode scientifique, de l'expérimentalisme de Newton et de Locke : chercher dans l'investigation empirique des choses les rapports, les corrélations, les lois qui les régissent, et qui ont été jusqu'à présent masqués par lespréjugés.

Rejeter les dogmes
Du coup, la vérité est recherchée du côté du monde physique, de l'univers pratique. Avec les Lumières, le regard intellectuel curieux se détourne du ciel au profit du monde concret des hommes et des choses. Les dogmes et les vérités révélées sont rejetés. Les Lumières refusent la prétention de la religion à tout expliquer, à fournir les raisons ultimes ; elles veulent distinguer entre les différentes sphères de la réalité : le naturel, le politique, le domestique, le religieux, chacun ayant son domaine de pertinence et ses lois, chacun exigeant des savoirs et des méthodes de connaissance différents.
Rejet des dogmes mais pas rejet de Dieu. La plupart des intellectuels éclairés restent néanmoins déistes : pour eux, l'Univers est une mécanique admirablement réglée, dont l'ordre implique une intelligence ordonnatrice. « Je ne puis imaginer, dit Voltaire, que cette horloge marche et n'ait pas d'horloger. »

Recourir à la raison expérimentale

L'expérience occupe une place centrale dans la théorie de la connaissance du xviiie s. Cette méthode procède par l'observation, l'analyse, la comparaison. D'où l'importance du voyage comme moyen de connaissance ; d'où aussi le souci presque obsessionnel de la classification des faits, de la construction de tableaux : connaître, c'est décrire, inventorier, ordonner. Ainsi procède Buffon dans les trente-six volumes de son Histoire naturelle.
La raison expérimentale, dès lors, ne connaît pas de frontières : les Lumières opèrent une formidable expansion de la sphère de la connaissance scientifique. La raison est universelle ; à côté des sciences naturelles et des sciences de la vie se développent les sciences humaines : ethnologie, psychologie, linguistique, démographie. Dans l'Esprit des lois, Montesquieu invente une sociologie politique, en recherchant les rapports qui unissent les mœurs de chaque peuple et la forme de son gouvernement.

Marcher vers le bonheur

La philosophie des Lumières procède d'un humanisme laïque : elle place l'homme au centre du monde, et entend œuvrer à son bonheur. Pour Voltaire, « le vrai philosophe défriche les champs incultes, augmente le nombre des charrues, occupe le pauvre et l'enrichit, encourage les mariages, établit l'orphelin. Il n'attend rien des hommes, mais leur fait tout le bien dont il est capable ».
Un tel humanisme se situe à rebours de l'espérance chrétienne : « La vertu consiste à faire du bien à ses semblables et non pas dans de vaines pratiques de mortifications », écrit encore Voltaire. Foin des prières et des cierges dans les églises, il faut des actes. Tout l'effort de connaissance est orienté vers l'utilité commune. Cette conception utilitariste fait du bonheur le bien suprême. Elle tourne le dos à l'idée chrétienne de purification par l'épreuve et la souffrance, ainsi qu'aux notions nobiliaires et militaires d'héroïsme et de gloire.
Il y a là un optimisme fondamental, aux effets mobilisateurs : les hommes des Lumières croient au progrès possible des connaissances, à la capacité de la raison de saper les conventions, les usages et les institutions qui contredisent la nature et la justice. Pour eux, l'avancée de la science garantit la marche vers le bonheur. Cette foi dans le progrès indéfini de l'humanité se trouve d'ailleurs confortée par les découvertes scientifiques et la croissance économique du siècle.

3. La diffusion des Lumières
Le mouvement des Lumières se distingue des mouvements intellectuels qui l'ont précédé par son destinataire : l'opinion publique. Voltaire, Diderot et leurs amis sont des agitateurs d'idées ; ils veulent discuter, convaincre. Les progrès de l'alphabétisation et de la lecture dans l'Europe du xviiie s. permettent le développement de ce qu'on a appelé un « espace public » : les débats intellectuels et politiques dépassent le cercle restreint de l'administration et des élites, impliquant progressivement des secteurs plus larges de la société. La philosophie est à double titre « l'usage public de la raison », comme le dit Kant : à la fois le débat public, ouvert, contradictoire, qui s'enrichit de la libre discussion, et l'agitation, la propagande pour convaincre et répandre les idées nouvelles.

3.1. Les cafés et les salons littéraires
Le siècle des Lumières invente, ou renouvelle profondément, des lieux propices au travail de l'opinion publique. Ce sont d'abord les cafés, où on lit et on débat, comme le Procope, à Paris, où se réunissent Fontenelle, Voltaire, Diderot, Marmontel, et qui sont le rendez-vous nocturne des jeunes poètes ou des critiques qui discutent passionnément des derniers succès de théâtre ou de librairie.
Ce sont surtout les salons mondains, ouverts par tous ceux qui ont quelque ambition, ne serait-ce que celle de paraître – et souvent, des femmes jouent un rôle essentiel dans ce commerce des intelligences, dépassant le simple badinage et la préciosité. Mais il faut y être introduit. Les grandes dames reçoivent artistes, savants et philosophes. Chaque hôtesse a son jour, sa spécialité et ses invités de marque. Le modèle est l'hôtel de la marquise de Lambert, au début du siècle. Plus tard, Mme de Tencin, rue Saint-Honoré, accueille Marivaux et de nombreux autres écrivains. Mme Geoffrin, Mme du Deffand, Julie de Lespinasse, puis Mme Necker reçoivent les encyclopédistes. Les gens de talent s'y retrouvent régulièrement pour confronter leurs idées ou tester sur un public privilégié leurs derniers vers. Mondaines et cultivées, les créatrices de ces salons animent les soirées, encouragent les timides et coupent court aux disputes. Ce sont de fortes personnalités, très libres par rapport à leurs consœurs, et souvent elles-mêmes écrivains et épistolières.

3.2. Les académies et les loges
Les académies sont des sociétés savantes qui se réunissent pour s'occuper de belles-lettres et de sciences, pour contribuer à la diffusion du savoir. En France, après les fondations monarchiques du xviie s. (Académie française, 1634 ; Académie des inscriptions et belles-lettres, 1663 ; Académie royale des sciences, 1666 ; Académie royale d'architecture, 1671), naissent encore à Paris l'Académie royale de chirurgie (1731) et la Société royale de médecine (1776). Le clergé et, dans une moindre mesure, la noblesse y prédominent. En province, il y a neuf académies en 1710, 35 en 1789.
Ces sociétés provinciales regroupent les représentants de l'élite intellectuelle des villes françaises. Leur composition sociale révèle que les privilégiés y occupent une place moindre qu'à Paris : 37 % de nobles, 20 % de gens d'Église. Les roturiers constituent 43 % des effectifs : c'est l'élite des possédants tranquilles qui siège là. Marchands et manufacturiers sont peu présents (4 %).
Toutes ces sociétés de pensée fonctionnent comme des salons ouverts et forment entre elles des réseaux provinciaux, nationaux, européens, échangeant livres et correspondance, accueillant les étrangers éclairés, lançant des programmes de réflexion, des concours de recherche. On y parle physique, chimie, minéralogie, agronomie, démographie.
Parmi les réseaux éclairés, le plus développé est celui de la franc-maçonnerie, quoique réservé aux couches supérieures et aux hommes. Née en Angleterre et en Écosse, la franc-maçonnerie, groupement à vocation philanthropique et initiatique, concentre tous les caractères des Lumières : elle est théiste, tolérante, libérale, humaniste, sentimentale. Elle connaît un succès foudroyant dans toute l'Europe, où l'on compte des milliers de loges en 1789. Les milieux civils, militaires et même religieux, liés aux appareils d'État, y sont tout particulièrement gagnés. Ni anticléricales (elles le seront au xixe s.) ni révolutionnaires, les loges ont contribué à répandre les idées philosophiques et l'esprit de réforme dans les lieux politiquement stratégiques. La discussion intellectuelle l'emporte sur le caractère ésotérique ou sectaire. Surtout, les élites y font, plus encore que dans les académies, l'apprentissage de l'égalité des talents, de l'élévation par le mérite et non par le privilège de la naissance.

3.3. Les bibliothèques, les livres, la presse
Voisines des académies, souvent peuplées des mêmes hommes avides de savoir, les bibliothèques publiques et chambres de lecture se sont multipliées, fondées par de riches particuliers ou à partir de souscriptions publiques. Elles collectionnent les travaux scientifiques, les gros dictionnaires, offrent une salle de lecture et, à côté, une salle de conversation.
La presse enfin contribue à la constitution d'un espace public savant, malgré la censure, toujours active. Le Journal des savants, le Mercure de France, les périodiques économiques sont en fait plutôt ce que nous appellerions des revues. Par les recensions d'ouvrages et par les abonnements collectifs des sociétés de pensée, un public éloigné des centres de création peut prendre connaissance des idées et des débats, des découvertes du mois, sinon du jour.

4. L'Encyclopédie

Un ouvrage – ou plutôt un ensemble de 35 volumes auquel ont collaboré 150 savants, philosophes et spécialistes divers – incarne à lui seul la vaste entreprise humaniste et savante des Lumières : c'est l'Encyclopédie. Travail collectif mené sur près de vingt ans, le projet repose sur un animateur essentiel, Diderot, qui en définit ainsi l’objet : « Le but d'une Encyclopédie est de rassembler les connaissances éparses sur la surface de la Terre, d'en exposer le système général aux hommes avec qui nous vivons, et de le transmettre aux hommes qui viendront après nous, afin que les travaux des siècles passés n'aient pas été des travaux inutiles pour les siècles qui succéderont, que nos neveux, devenant plus instruits, deviennent en même temps plus vertueux et plus heureux... ». Mais cette somme est aussi un combat : sa rédaction et sa publication voient se heurter raison et religion, liberté et autorité.

4.1. Une formidable aventure éditoriale
L’histoire de l’édition de L’Encyclopédie (ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers) est à la fois longue et complexe, jalonnée de succès et de revers pour les auteurs. Les hautes protections dont ceux-ci bénéficient ne sont d’ailleurs pas étrangères à la violence de la bataille : dans l’entourage même de Louis XV, Mme de Pompadour ou Guillaume de Malesherbes, directeur de la Librairie et responsable de la censure royale, soutiennent l’entreprise, tandis que la reine et les jésuites cherchent à la ruiner.
Les atteintes à la religion et les professions de foi matérialistes, nombreuses dans l’ouvrage, suscitent procès, demandes d’interdiction, pamphlets, arrêt du Conseil d’Etat. La parution des volumes est plusieurs fois interrompue et menacée. En cours de publication, l’imprimeur craint d’être enfermé à la Bastille, et supprime de sa propre initiative les passages qu’il juge les plus dangereux, ce qui complique un peu plus les choses.

4.2. Un maître d’œuvre : Diderot
Le succès final tient à la ténacité de Diderot, assisté les premières années de d’Alembert. Si l’ouvrage a pour point de départ la traduction et l’adaptation en français de la Cyclopaedia (1728) de l’Anglais Ephraim Chambers, le chantier, que leur a confié le libraire et éditeur Le Breton, va bien au-delà. L’idée de traduire Chambers est abandonnée : une œuvre originale s’annonce.
Diderot a le culte des idées, de la raison humaine et du progrès, ce qui fait de lui le représentant par excellence des Lumières. Il vise en fait à livrer un panorama complet des connaissances scientifiques et du débat philosophique au milieu du xviiie siècle. L’équipe des rédacteurs est nombreuse, car le principe retenu a été de s’adresser aux spécialistes des questions traitées, de façon à atteindre une exactitude technique irréprochable.
Mais derrière les noms plus ou moins illustres des contributeurs, Jean-Jacques Rousseau, ou Voltaire, l’architecte Blondel, l’astronome Le Roy, le juriste Toussaint, etc., c’est Diderot qui demeure maître d’œuvre et relit, corrige, et coordonne plus de 71 000 articles.

4.3. Une place de choix pour l’illustration
La place qu’elle réserve aux illustrations est une caractéristique de l’Encyclopédie, et un fardeau supplémentaire dans une aventure éditoriale compliquée.
Certes les gravures sont moins sujettes à polémiques que les articles de fond sur des notions abstraites ou complexes telle que « Raison », « Homme », ou « Christianisme ». Mais l’abondance et la qualité d’exécution de ces gravures suscitent des frais importants, envisagés dès le départ dans un pari de rentabilité : en 1750, lors de la première offre aux souscripteurs de l’ouvrage, il est prévu 2 volumes de planches pour 8 volumes de textes.
L’Encyclopédie se compose finalement de 17 volumes de textes et de 11 volumes de planches (plus 2 volumes d’index et 5 de suppléments). Ainsi le principe de l’image est-il renforcé en cours de route, et l’illustration joue-t-elle sa part, considérable, dans la visée encyclopédique. Les machines qui sont démontées et détaillées, les outils qui sont présentés et expliqués contribuent à un éloge du génie humain à travers son expression la plus positive.

4.4. Un best-seller au xviiie siècle
La masse des souscripteurs de l’Encyclopédie varie au cours des vingt et une années qui s’écoulent entre la sortie du premier volume et du dernier, de 1751 à 1772. Au moment où le livre va commencer à paraître, ils sont 1000 qui s’engagent à l’acheter et acceptent d’avancer 20 % du montant du prix total. Par la suite, ce nombre double, triple et même quadruple pour enfin se stabiliser autour de 2 500.
L’ouvrage ayant été imprimé à plus de 4 000 exemplaires – ce qui est considérable pour l’époque –, la vente ferme d’un peu plus de la moitié du tirage est faite avant l’arrivée du livre en librairie. Outre les esprits cultivés étrangers lisant le français, les imitations et traductions assureront la diffusion de l’œuvre dans toute l’Europe, y répandant l’esprit des Lumières

 

    DOCUMENT   larousse.fr    LIEN

 

 
 
 
  LOI
 



 

 

 

 

 

loi
(latin lex, legis)

Cet article fait partie du dossier consacré à la justice.
Prescription établie par l'autorité souveraine de l'État, applicable à tous, et définissant les droits et les devoirs de chacun.


DROIT


Nature de la loi
La loi comme expression de la volonté générale
Au sens large, la loi est l'ensemble des normes coutumières et écrites en vigueur dont le caractère contraignant permet d’assurer un minimum de cohésion sociale (la « loi » recouvre dans cette acception la notion de « droit »).

Longtemps la loi fut associée à l'idée de divinité : dans l'Antiquité, en Grèce ou dans la Rome des rois, c'était au nom des dieux que des individus édictaient des normes valables pour l'ensemble du corps social. « Droit et religion ne faisaient qu'un » affirme l’historien Fustel de Coulanges dans la Cité antique (1854). Jusqu'au xviiie s., l'Ancien Régime en France était une monarchie « de droit divin ». La conception de la loi comme expression de la volonté populaire est élaborée par Jean-Jacques Rousseau au siècle des Lumières. Elle devient à partir de la Révolution française l’un des principes fondamentaux de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen (1789), qui fonde un pan essentiel du droit français et des régimes démocratiques. L’article 6 de la Déclaration de 1789 stipule que « la loi est l’expression de la volonté générale », et ajoute que « tous les citoyens ont droit de concourir personnellement ou par leurs représentants à sa formation ». Dans son sens strict, la « loi » désigne donc les normes qui émanent du Parlement, qui est le représentant élu de l’ensemble du peuple.
Le même article fixe le caractère général et obligatoire de la loi : « elle doit être la même pour tous soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse ».

Le principe de légalité
La légalité est le principe fondamental sur lequel repose l'exercice du gouvernement dans les régimes démocratiques. Ce principe implique la subordination aux lois des décisions prises par le gouvernement et les autorités administratives : la loi est supérieure aux règlements qui émanent du pouvoir exécutif et de l'ensemble des pouvoirs publics. Cette supériorité de la loi vient du fait qu'elle est élaborée par les représentants élus des citoyens, et qu'elle est donc l'expression de la volonté générale.
D'autre part, le principe de légalité implique également dans certains États, comme la France, la subordination de la loi à la Constitution, considérée comme la loi suprême (en Allemagne, la Constitution est appelée « loi fondamentale »).
Le principe de la légalité implique donc la subordination de la loi à la Constitution et la subordination des actes gouvernementaux à la loi. Le premier degré de cette hiérarchie est sanctionné par le contrôle de la constitutionnalité des lois. Ce contrôle peut être juridictionnel, comme aux États-Unis et en Allemagne, où les citoyens peuvent soulever l'exception d'inconstitutionnalité devant les tribunaux. Il peut être constitutionnel, comme en France, où c'est au Conseil constitutionnel de trancher dans un différend éventuel entre le Parlement et le gouvernement.
Quant au contrôle de la légalité des actes gouvernementaux (second degré de la hiérarchie), il est assuré en France par un système très perfectionné de recours en annulation devant des juridictions administratives : Conseil d'État et tribunaux administratifs.

Domaine de la loi
Les matières réservées à la loi
La loi est en principe l'œuvre du Parlement qui la vote. Toutefois la Constitution française de 1958, qui régit la Ve République, encadre strictement les pouvoirs du Parlement (par le « parlementarisme rationalisé »). En premier lieu, elle énumère les matières qui relèvent du domaine de la loi et dans lesquelles le Parlement doit fixer les règles (article 34 de la Constitution). Toutes les matières ne relevant pas du domaine de la loi relèvent du pouvoir réglementaire du gouvernement (art. 37). Les matières réservées à la loi peuvent être classées en quatre rubriques :
– les lois fixant les règles qui concernent les droits civiques et les garanties fondamentales des citoyens, la nationalité, l'état et la capacité des personnes, la détermination des crimes et délits, la procédure pénale, l'amnistie, la création de juridiction et le statut des magistrats, l'assiette, le taux et les modalités de recouvrement des impositions, le régime de la monnaie, les régimes électoraux, la création de catégories d'établissements publics, les garanties fondamentales accordées aux fonctionnaires civils et militaires de l'État, les nationalisations d'entreprises ;
– les lois fixant les principes fondamentaux de l'organisation générale de la défense nationale, de l'administration des collectivités locales, de l'enseignement, du régime de la propriété, du choix du travail, du droit syndical et de la Sécurité sociale ;
– les lois fixant les ressources et les charges de l'État ou lois de finances (loi de finances de l'année qui détermine le budget, lois rectificatives modifiant ce budget, lois de règlement pour approbation du budget de l'année précédente) ;
– les lois fixant les objectifs de l'action économique et sociale de l'État (lois d'orientation, lois programme, conçues notamment dans le cadre du plan et prévoyant généralement des engagements financiers à moyen ou à long terme).
Le Parlement peut en outre déléguer temporairement son pouvoir au gouvernement, en lui donnant l'autorisation de prendre, sous forme d'ordonnances, pour un temps limité et sous réserve d'une ratification ultérieure, des mesures qui sont normalement du domaine de la loi (art. 38).

Les lois référendaires
En second lieu, la Constitution prévoit des lois référendaires votées par le peuple, qui légifère en dehors du Parlement, lequel en est simplement avisé. Les lois référendaires sont prévues par l'article 11 de la Constitution. L'initiative du référendum, procédure exceptionnelle, appartient au président de la République et au Parlement. Dans ce cas, il faut que la loi porte sur l'organisation des pouvoirs publics ou propose la ratification d'un traité qui, sans être contraire à la Constitution, a des incidences sur le fonctionnement des institutions. Le président de la République ne peut utiliser cette procédure que lorsque le Parlement est en session. Lorsque l'initiative de recourir au référendum vient du Parlement, la motion doit être votée conjointement par les deux assemblées et notifiée au président de la République.
Élaboration de la loi
L'initiative des lois



La liberté du Parlement en matière législative est également limitée par le fait que l'initiative des lois appartient tant au pouvoir législatif qu’au pouvoir exécutif. Ainsi, l'article 39 de la Constitution de 1958 l'attribue au Premier ministre et aux membres du Parlement (constitué de deux Chambres, l’Assemblée nationale et le Sénat). Lorsque les textes émanent du Parlement, on les appelle des propositions de loi, et, lorsqu'ils émanent du gouvernement, des projets de loi. Les projets gouvernementaux sont délibérés en Conseil des ministres, c'est-à-dire en présence du président de la République – en période de cohabitation, celui-ci ne peut empêcher la discussion d'un projet de loi, mais il peut exprimer son désaccord ; en période de concordance entre majorité présidentielle et majorité parlementaire, le président de la République peut susciter un projet de loi ou s'opposer à un projet gouvernemental.

La procédure d’adoption
La procédure d'élaboration d’une loi commence par le dépôt d'un texte (projet ou proposition de loi), qui est ensuite renvoyé devant une commission parlementaire spéciale (c'est-à-dire créée pour la circonstance) ou permanente : il en existe six dans chacune des deux Chambres, dont les principales sont la commission des Lois, celle des Finances et celle des Affaires étrangères. En commission, le texte est discuté et peut faire l'objet d'amendements. Vient ensuite son inscription à l'ordre du jour et sa discussion (générale et technique) en séance publique. Puis on procède au vote, article par article, amendement par amendement, le plus souvent à la majorité simple. Le texte est ensuite transmis à l'autre Assemblée qui doit l'adopter dans les mêmes termes. Si ce n'est pas le cas, le texte fera la « navette » entre les deux Chambres. Si un texte identique n'est pas adopté à l'issue de cette navette, une commission mixte paritaire, composée de députés et sénateurs en même nombre, se réunit pour mettre au point un texte commun. En cas d'échec et après décision du Premier ministre, le texte est ou bien réexaminé par l'Assemblée nationale, qui statue en dernier ressort, ou bien rejeté.
Dans le cadre du « parlementarisme rationalisé », c’est le gouvernement qui dispose essentiellement de l'ordre du jour au Parlement (art. 48) ; il peut ainsi préférer les projets de lois aux propositions de lois. Avec l’adoption d’une vaste réforme constitutionnelle en 2008 (loi constitutionnelle du 23 juillet 2008 de modernisation des institutions de la Ve République), qui vise notamment à renforcer le rôle du Parlement, l’ordre du jour est désormais partagé entre le gouvernement et le Parlement.

Promulgation et publication
Une fois la loi adoptée, sa promulgation et sa publication sont le fait de l'exécutif. Le président de la République doit promulguer la loi dans un délai de 15 jours. Pendant ce délai, il a la possibilité de demander une nouvelle délibération de la loi (François Mitterrand a usé de ce droit pour l'adoption de la loi sur le statut de la Nouvelle-Calédonie en 1985) ou d'en saisir le Conseil constitutionnel. Peuvent également le saisir avant promulgation le Premier ministre, les présidents des Assemblées et 60 députés ou 60 sénateurs.
La loi est publiée au Journal officiel, ce qui a pour effet de la rendre opposable à ses destinataires.
Vient ensuite l'application de la loi. Cette tâche incombe au gouvernement (art. 21), qui l'exerce par le biais des décrets d'application. Une loi ne peut s'appliquer telle quelle; des relais sont nécessaires entre le Parlement et les citoyens. L'exécutif peut donc être amené à retarder l'application concrète d'une loi, soit volontairement, soit sous la pression du public.

L’inflation législative
Dès 1991, le Conseil d'État pointe les risques liés à la croissance du nombre et de la longueur des lois caractérisant la France contemporaine. De fait, alors qu’environ 400 pages de lois étaient votées dans les années 1970, ce chiffre passe à 600 en 1990 ; entre le début et le milieu des années 2000, le volume des lois a doublé pour atteindre plus de 2 000 pages. Alors que selon l’adage « nul n’est censé ignorer la loi », cette inflation législative (qui peut être aussi étendue au nombre de décrets, également croissant), et le manque de cohérence générale qui en découle, crée selon les spécialistes du droit un état d’« insécurité juridique », notamment ressentie par les professionnels (juges, avocats, entreprises). Elle s’explique en partie par la nécessité de transposer dans le droit national les directives adoptées au niveau de l’Union européenne, ainsi que par l’apparition de nouveaux domaines d’intervention législative liée aux préoccupations environnementales, aux nouvelles technologies, à la mondialisation économique, etc. Mais cette inflation normative tient aussi à une certaine propension française à légiférer dès qu’un problème surgit, sans procéder au préalable à une étude du droit existant en la matière, et à vérifier s’il est appliqué ; elle répond en partie à la pression des médias et de l’opinion : les secteurs les plus touchés par ce phénomène d’inflation sont la sécurité et l’immigration, la politique de l’emploi, le droit du travail et la fiscalité.


 DOCUMENT   larousse.fr    LIEN

 
 
 
Page : [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 ] - Suivante
SARL ORION, Création sites internet Martigues, Bouches du Rhone, Provence, Hébergement, référencement, maintenance. 0ri0n
Site réalisé par ORION, création et gestion sites internet.


Google
Accueil - Initiation musicale - Instruments - Solfège - Harmonie - Instruments - Musiques Traditionnelles - Pratique d'un instrument - Nous contacter - Liens - Mentions légales /confidentialité

Initiation musicale Toulon

-

Cours de guitare Toulon

-

Initiation à la musique Toulon

-

Cours de musique Toulon

-

initiation piano Toulon

-

initiation saxophone Toulon

-
initiation flute Toulon
-

initiation guitare Toulon